Après le WiFi dans les gares, le WiFi dans les TGV ? C'est le souhait du gouvernement. Mais l'équation économique promet d'être compliquée à résoudre, au regard du prix de l'installation par rame et du souhait d'en faire un accès gratuit.

Le calendrier a été fixé au début du mois. Lors d'un déplacement à Paris-Montparnasse, les ministres Fleur Pellerin (innovation) et Frédéric Cuvillier (transports) ont annoncé l'arrivée du WiFi gratuit dans cent gares d'ici la fin de l'année. À cette occasion, la SNCF et le gouvernement en ont profité pour rappeler leur intention d'installer des bornes d'accès à Internet dans les trains d'ici trois ans.

Ce sujet a attiré l'attention du député UMP Lionel Tardy, qui a transmis une question écrite à Fleur Pellerin. Dans celle-ci, il "souhaite savoir ce qu'elle compte mettre en œuvre, avec la SNCF, pour accélérer ce déploiement nécessaire et demandé par de nombreux usagers", dans la mesure où déploiement du WiFi gratuit dans les TGV "apparaît comme le prolongement naturel" de l'arrivée du WiFi dans les gares.

De toutes les lignes à très grande vitesse gérée par la SNCF, seule la LGV Est européenne supporte le WiFi. Selon l'entreprise, cet accès nécessite de passer par des satellites de communication. L'installation coûterait 350 000 euros par rame (bien qu'un coût de 2 millions d'euros soit aussi évoqué)

Or avec un parc composé de 450 rames, la "SNCF n'a pas encore trouvé le modèle économique et ne peux donc pas encore étendre ce service à tout le réseau".

L'équation sera très difficile à résoudre. Entre le désir de fournir un service gratuit dans les gares et dans les rames et le coût de l'installation (sans parler des coûts d'exploitation), la SNCF pourrait opter pour une augmentation du prix des billets TGV… au risque de susciter l'ire des voyageurs.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés