Le débat sur le marché de l'occasion tient une place importante chez les joueurs, en particulier depuis que Microsoft et Sony ont dévoilé la Xbox One et la PS4. Pour Nintendo, c'est la qualité des jeux qui est déterminante. Si les constructeurs ou les studios veulent restreindre ce secteur, ils n'ont qu'à faire des jeux de qualité. Les joueurs seront alors moins enclins à s'en séparer.

Nintendo prend de la hauteur concernant les jeux vidéo d'occasion. Tandis que les choix de Sony, Microsoft et des studios concernant ce marché sont vivement débattus par les joueurs, qui craignent une restriction de leur droit de propriété, l'entreprise japonaise s'est invitée dans la discussion en introduisant un nouvel angle de réflexion qui pourrait, d'une certaine façon, rapprocher les positions des uns et des autres.

C'est simple : pour éviter la revente de jeux entre particuliers, il suffit de faire en sorte que le joueur n'a pas du tout envie de se séparer de tout ou partie de sa ludothèque. Si les jeux offrent une expérience exceptionnelle et disposent d'une longue durée de vie, l'usager n'aura probablement pu l'intention de s'en séparer. Il les conservera pour y jouer une autre fois.

"La meilleure manière pour les fabricants de consoles de maîtriser le marché de l'occasion est de s'assurer que la qualité de leurs jeux est telle que les joueurs ne voudront  les vendre", a expliqué Reggie Fils-Aime, le président de Nintendo Amérique, dans une interview donnée à Polygon. Cela ne veut pas dire qu'il faut entraver le marché de l'occasion, car il contribue à l'économie de l'industrie vidéoludique.

"Nous avons été parfaitement clairs, nous comprenons que les jeux d'occasion sont un moyen pour certains clients de monétiser leurs jeux. Ils vont acheter un jeu, y jouer, le rapporter au distributeur pour débloquer un avoir sur le prochain achat", rappelé Reggie Fils-Aime. Mais selon le PDG de Nintendo Amérique, ces problématiques concernent assez peu son entreprise.

"La rejouabilité de notre contenu est très forte. Le consommateur veut continuer à jouer à Mario Kart. Il veut continuer à jouer à Super Mario Bros. Il veut continuer à jouer à Pikmin. Donc nous constatons que la fréquence de revente du contenu Nintendo est beaucoup plus faible que la moyenne de l'industrie – beaucoup, beaucoup plus faible", a-t-il ajouté.

Les propos de Reggie Fils-Aime contiennent sans doute une part de vérité, en particulier sur le fait que face à un jeu d'excellente facture, un joueur aura moins tendance à vouloir s'en détacher pour le revendre. Quant à savoir si les jeux de Nintendo sont moins présents dans les bacs d'occasion que ceux de la concurrence… cela reste à démontrer.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés