Le CSA souhaite attendre l'opinion du gouvernement sur la radio numérique terrestre pour savoir si les appels à candidatures doivent être poursuivis. Seules trois villes sont pour l'instant concernées par la RNT, tous les autres projets sont suspendus.

Quel avenir pour la radio numérique terrestre ? C'est la question qui occupe actuellement le Conseil supérieur de l'audiovisuel, qui hésite à lancer de nouveaux appels à candidatures au moment où le gouvernement ne paraît pas vouloir engager des crédits dans un mode de diffusion accusé de ne pas être économiquement viable et dont les choix techniques sont contestés.

"Nous attendons la position du gouvernement sur l'ensemble du dossier", a confirmé l'autorité administrative indépendante. Pour l'heure, seules les villes de Paris, Marseille et Nice, ainsi que leurs environs, sont concernées par un appel d'offres. Celui pour les zones de Strasbourg et Mulhouse, prévu initialement en juin, est suspendu dans l'attente des arbitrages gouvernementaux.

À ce rythme, le calendrier initial du CSA ne sera jamais tenu. La feuille de route établie pour la radio numérique terrestre prévoit un déploiement complet de ce mode de diffusion en 2015. Entre cet été et le printemps 2013, le Conseil supérieur de l'audiovisuel avait pris l'engagement de déployer la RNT dans vingt agglomérations en Métropole. C'est très mal parti.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés