Depuis le samedi 13 juillet, le groupe de hackers Hacktivismo met à disposition des internautes du monde entier un outil de stéganographie. Il s'agit de permettre à n'importe qui d'encoder du texte au sein d'images a priori anodines. Si le procédé est déjà connu, c'est la première fois qu'il est ainsi rendu facile d'accès au grand public.

Appelé Camera/Shy, le logiciel dissimule des informations en filigrane dans des images GIF. Muni d’un mot de passe et de la signature de l’auteur, le correspondant peut déchiffrer ces messages secrets. Il est ainsi possible d’envoyer en toute discretion des informations de la plus haute importance, par e.mail, ou via un site personnel.

Sous license GPL, ce logiciel n’est qu’une première pierre posée à un ensemble de solutions d’échanges d’informations et de données anonymes. Le projet « Six/Four » (appelé ainsi en mémoire du massacre de Tiananmen, le 4 juin 1989) devrait ainsi être rapidement dévoilé. Il s’agit d’un protocole proche du réseau anonyme Freenet déjà très critiqué, combiné à un VPN (Virtual Private Network) qui permet d’ouvrir des réseaux parallèles.

Ces actions visent à enrayer la censure exercée dans certains pays, particulièrement en Asie. Avec de tels moyens, il sera très difficile pour les autorités locales de détecter les documents interdits.

Mais au delà de ces intentions bien évidemment louables, n’y a t-il pas un risque à permettre à tout un chacun de diffuser anonymement un contenu incontrolable ? Après les attentats du 11 septembre dernier, comment ne pas penser au cadeau offert aux organisations terroristes qui n’ont pas les moyens de procéder par elles-mêmes ? Comment ne pas penser aux réseaux pédophiles qui pourront procéder plus librement que jamais ?

A l’heure où nous écrivons, le site d’Hacktivismo est inaccessible, répondant par une erreur 403 (accès refusé). Mais il est certain que déjà des dizaines de milliers de copies du logiciel circulent sur Internet…

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés