Le retour de Sony dans la bataille des consoles portables risque d'être retardé. En effet, les catastrophes naturelles du 11 mars ont affecté les chaînes de production de nombreuses sociétés, dont Sony. La sortie de sa nouvelle console portable, la NGP, pourrait bien être repoussée à l'année prochaine.

Sony va très probablement devoir réviser son calendrier pour les prochains mois. En effet, le désastre qui s’est abattu sur le Japon le 11 mars dernier a nettement compromis l’approvisionnement des chaînes de production de nombreuses sociétés nipponnes. L’entreprise, qui comptait commercialiser sa nouvelle console portable à la fin de l’année, pourrait bien être contrainte de reporter sa sortie à l’an prochain.

Jusqu’à présent, il était prévu que Sony lance sa prochaine console portable – nom de code Next Generation Portable (NGP) – sur l’un des trois principaux marchés du jeu vidéo avant la fin 2011. L’idée d’une sortie mondiale a été écartée par le constructeur, estimant que la mise en place d’un tel évènement était trop contraignante et risquerait de lui faire manquer les fêtes de fin d’année.

Ne voulant pas passer à côté de cette période charnière de l’année, Sony a donc opté pour une solution de moindre mal : commercialiser la NGP dès 2011 sur au moins un continent, l’Europe, quitte à décaler la sortie de la console portable au Japon et en Amérique du Nord. C’était en tout cas le propos en filigrane du directeur de Sony Computer Entertainment France.

« La PS3 a encore accru son leadership sur le marché français ; le rythme des ventes est très dynamique et nous prévoyons de vendre un million de machines supplémentaires d’ici fin mars 2010. Associée au lancement de la NGP, notre nouvelle console portable, prévue en cette fin d’année, devrait nous permettre de passer le milliard d’euros de chiffre d’affaires » avait déclaré George Fornay.

Or, il est fort possible que les récents évènements au Japon poussent Sony à reporter aussi la sortie de la NGP en Europe. Cette éventualité est bien sûr une mauvaise nouvelle pour Sony. Elle offre à Nintendo l’occasion d’occuper le marché sans aucun rival sérieux. Une mauvaise nouvelle d’autant plus grande que le démarrage de la Nintendo 3DS en Europe a été particulièrement fort (300 000), tout comme au Japon (800 000 consoles).

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés