En matière de jeux vidéo, tout le monde n’a évidemment pas les mêmes attentes. Certains rechercheront des titres aux graphismes époustouflants ; d’autres préfèreront opter avant tout pour un jeu au scénario complexe et aux multiples rebondissements ; quelques-uns enfin privilégieront plutôt un genre bien particulier, comme un jeu de sport ou de stratégie en temps réel. La liste des critères de sélection est longue, et rares sont les jeux à répondre parfaitement à chacun d’entre eux.

L’un de ces critères est justement le réalisme du gameplay. Est-ce que le jeu vidéo reproduit fidèlement les mêmes actions et les mêmes comportements qu’on pourrait retrouver dans la « vraie vie » ? Depuis de nombreuses années, certains développeurs cherchent à coller au plus près de la réalité. Mais comment être sûr qu’au final, le jeu est effectivement réaliste ?

Faut-il demander à un testeur professionnel ou à un joueur expérimenté ? Doit-on s’en remettre à la presse ou aux conseils de proches ? Chacun aura sans doute son avis. Mais peut-être qu’au final, la meilleure façon de le savoir est de demander directement à des personnes dont l’activité à un lien avec le contenu du jeu vidéo.

Ainsi, un sportif pourrait critiquer un jeu sur le sport, un pilote de F1 donnerait son avis sur une simulation de course automobile et un yakuza testerait un jeu sur les yakuzas. Une idée saugrenue ? Pas pour Boing Boing. En effet, le site américain a obtenu l’avis de trois yakuzas sur le troisième volet de Yakuza, un jeu développé et édité par Sega.

Les trois gangsters (surnommés Midoriyama, Shirokawa et Kuroishi) ont donc pu tester le jeu. Cependant, Boing Boing nous apprend que seul le dernier yakuza a pu jouer jusqu’au bout. En effet, les deux autres yakuzas étaient amputés de leurs petits doigts (la coupe du petit doigt ou d’une phalange est une tradition des yakuzas pour se faire pardonner à la suite d’une faute).

Cinq grands aspects ont été passés en revue : l’environnement où prend place l’action, l’allure et le comportement des yakuzas dans le jeu, le style vestimentaire, les scènes de combat et l’histoire. Globalement, le jeu est assez réaliste. Selon eux, cela représente même pour la « profession » une bonne communication auprès des jeunes Japonais.

L’idée de faire tester un jeu vidéo par un individu en rapport avec le contenu n’est certes pas nouvelle. Il n’empêche que cela peut donner un bon coup de pouce à titre s’il obtient un retour positif. À l’inverse, tous les jeux ne pourront évidemment pas mettre en place de tels tests. On imagine mal un gorille donner son avis sur le dernier Donkey Kong par exemple.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés