Selon le président de Nintendo of America, la Nintendo 3DS sera sans aucun doute la console la plus importante depuis 2004. Prévue pour l'année prochaine, elle embarquera un écran capable d'afficher des images en trois dimensions sans avoir besoin de lunettes spéciales.

Alors que le lancement de la Nintendo DSi XL aux États-Unis et en Europe a tout juste commencé il y a quelques semaines, Nintendo prépare déjà son prochain coup en déblayant le terrain pour sa future console portable, la Nintendo 3DS. Dans un entretien accordé à la presse américaine, le patron de la branche américaine de la firme, Reggie Fils-Aime, a ainsi soutenu que l’arrivée de la 3DS serait le lancement le plus important de la firme depuis 2004, année où la DS première du nom fut commercialisée.

« Nous avons des projets sur ce que nous voulons apporter au consommateur, mais nous ne pouvons pas le faire avec le modèle actuel » a ainsi confessé Reggie Fils-Aimé, pour justifier l’arrivée de la technologie 3D sur le futur appareil. « La Nintendo 3DS est pour nous la prochaine plate-forme de poche » pour les joueurs, a-t-il poursuivi sans s’étendre davantage sur les spécificités de l’appareil.

À l’heure actuelle, le calendrier de Nintendo pour cette nouvelle console se découpe en deux temps. Tout d’abord, la console devrait être présentée lors du prochain salon de l’E3 à Los Angeles, qui se déroulera du 15 au 17 juin. Ensuite, la firme japonaise devrait débuter la commercialisation de l’appareil dès l’année prochaine, vraisemblablement au premier trimestre 2011.

S’il est difficile de prévoir quel sera le succès de la console, il est d’ores et déjà acquis que l’environnement concurrentiel sera moins propice pour Nintendo, en partie parce que les produits actuels arrivent en fin de cycle. En effet, les ventes de la DS ont commencé à baisser significativement (-3,8 %) pour l’année fiscale 2009. Du côté des consoles de salon, la Wii est également en perte de vitesse avec un recul de 23 % pour l’année qui vient de s’écouler.

Par ailleurs, la nouvelle stratégie d’Apple dans le secteur des jeux vidéo et des applications mobiles est suivi de près du côté de Nintendo. En effet, si a priori les deux appareils évoluent dans deux univers différents, l’existence d’une offre vidéoludique sur la tablette tactile est un vrai problème, même si la firme japonaise se veut sereine. Apple « n’a aucun impact sur nos résultats financiers, nos volumes de vente, notre matériel et nos logiciels » a affirmé Reggie Fils-Aimé.

« J’ai eu connaissance de données qui laissent entendre que, si les consommateurs téléchargent régulièrement des applications, ils n’y jouent que quelques fois pour passer ensuite à autre chose. Apparemment, leur plate-forme n’est pas vraiment viable et profitable pour le jeu vidéo, parce qu’il y a énormément de jeux gratuits par rapport à ceux qui sont payants » avait-il poursuivi.

Pour l’heure, la carrière de l’iPad commence à peine. Les 450 000 appareils vendus en quelques jours au lancement de la tablette ne pèsent pas grand chose face aux millions de Nintendo DS qui circulent dans le monde. Toutefois, la situation aura sans doute évoluée l’année prochaine lorsque arrivera la 3DS…

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés