Le président du lobby américain du cinéma, Dan Glickman, ne fait pas l’unanimité. Selon le Los Angeles Daily, les studios de cinéma et de télévision américains auraient choisi de ne renouveler son mandat à la tête de la MPAA que pour 18 mois, le temps de lui trouver un meilleur successeur. « Le mécontentement se concentre sur le fait que c’est un orateur mauvais et ennuyeux, qui n’a pas bien représenté l’industrie du cinéma a Washington« , explique une source proche d’Hollywood. Il lui est en particulier reproché de ne pas avoir su défendre des réductions fiscales de 246 millions dollars dans le cadre du plan de relance de Barack Obama.

Débarqué en juillet 2004 à la présidence de la MPAA, Dan Glickman est un ancien haut responsable politique démocrate, qui a notamment été ministre de l’agriculture sous le gouvernement Clinton. Si son départ se confirme, il ne devrait avoir tenu que 6 ans et demi à la tête du lobby, alors que son prédécesseur Jack Valenti était resté 38 ans aux commandes de la MPAA avant de céder la main et de mourir il y a deux ans.

Peut-être Dan Glickman paye-t-il également sa gestion de la grève des scénaristes l’an dernier, et une politique anti-piratage qui marque une fracture entre les studios de cinéma et leurs premiers clients, les jeunes.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés