La nouvelle version de la console portable de Nintendo n’a pas ému les foules ni rassuré les investisseurs sur la solidité à long terme du constructeur japonais. L’ajout de deux caméras pour la vidéoconférence ou la substitution du port GBA au profit d’un port SD ne sont pas de nature à révolutionner le potentiel de la Nintendo DS, même si l’arrivée d’un service de téléchargement payant devrait développer le catalogue disponible… à condition que le service soit plus sexy que celui offert sur la Wii.

En attendant, c’est Sony qui se frotte les mains. Même si sa propre révision de la Sony PSP n’a pas non plus suscité un intérêt majeur, le constructeur se permet de railler son concurrent avec une certaine mauvaise foi. « J’imagine le succès de la DSi. C’est un fait, la DS Lite a remporté un franc succès. Est-ce que la DSi fonctionnera aussi bien avec le public de la DS ? C’est fort probable« , reconnaît d’abord le directeur du marketing hardware de Sony, John Koller, avant de cracher son venin. « Est-ce qu’il s’agira d’un produit qui augmentera leur base d’utilisateurs au-delà des joueurs de moins de 12 ans ? J’en suis moins sûr.« 

Sony, qui attire en majorité un public masculin de hard-core gamers avec sa PSP, veut faire passer la Nintendo DS pour une console de gamins prépubères, alors-même que la Nintendo DS a séduit massivement les jeunes femmes et un public adulte qui n’avait pas l’habitude de jouer à de jeux vidéo.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés