Sony avait tout prévu pour battre le HD DVD à plate couture avec son Blu-Ray… sauf la crise économique. Le Japonais a officiellement gagné le match contre le format de Toshiba le 19 février 2008 mais les consommateurs n’ont pas entendu les trois coups de sifflet de l’arbitre. Le Financial Times rapporte ainsi qu’à la faveur de la crise économique qui secoue les Etats-Unis, les consommateurs qui souhaitent profiter des joies de la haute-définition se rabattent encore nombreux sur le défunt HD DVD, qui bénéficie de prix cassés sur le marché.

« Le prix des disques a chuté de 40 $ dans certains cas jusqu’à seulement 10 $, tandis que les lecteurs peuvent se trouver pour moins de 60 $, contre environ 250 $ pour un lecteur Blu-Ray« , note le quotidien économique. « Des milliers de titres HD DVD continuent à être disponibles, y compris des blockbusters relativement récents comme American Gangster« . En France également, de très nombreux films HD DVD se trouvent à moins de 10 euros, mais les lecteurs HD DVD sont encore chers, à 150 euros minimum.

Le contexte économique fait donc que le HD DVD, qui devait rapidement mourir et être oublié comme le Betamax s’est fait oublier au profit de la VHS, connaît un second souffle. Les ventes sont encore très fortes, et certains avaient flairé le bon coup. La société Distribution Video & Audio, spécialisée dans l’achat des invendus dans l’audiovisuel, avait acheté pour une poignée de pain plusieurs millions de lecteurs HD DVD renvoyés par les magasins aux fabricants. Depuis, il en a déjà revendu 1 million aux boutiques en ligne et autres discounters, et il s’attend à en écouler encore 2 ou 3 millions d’ici la fin de l’année, grâce aux fêtes de Noël. « Les loisirs à bas prix font toujours recette dans des temps de récession ou de dépression« , explique Ryan Kugler, le président de DV&A.

Cet attrait inattendu pour le HD DVD fait contraste avec les ventes des lecteurs et films Blu-Ray, dont les prévisions ont dû être largement revues à la baisse pour cette année. Andy Parsons, le directeur de la Blu-Ray Disc Association, note que les ventes des disques Blu-Ray ont augmenté de 53 % sur un an, ce qui est peu pour un marché naissant promis à remplacer rapidement le DVD.

Mais à moyen ou long terme, sauf retournement de situation improbable qui verrait Toshiba ranimer son HD DVD, le Blu-Ray l’emportera définitivement sur son rival, grâce à un catalogue de films beaucoup plus riche et surtout enrichi continuellement par de nouvelles références.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés