On apprend du Wall Street Journal que Google souhaite appuyer sa présence en Chine. Pour cela, il compte lancer une joint-venture avec une société qui proposerait de la musique en libre téléchargement. Le moteur de recherche espère ainsi concurrencer Baidu.com, qui détient 60,1 % du marché alors que Google stagne à 25,9 %. Il faut dire que le créneau est juteux. Sur l’espace d’un an, les revenus des moteurs de recherche en Chine ont doublé pour atteindre 946,6 millions de yuans (l’équivalent de 90 millions d’euros).

Le plus étonnant, c’est que même si elles ne sont pas nommées, Google promet la participation de trois majors. Pourtant, lorsque Baidu.com a tenté de se réconcilier avec elles en proposant un système de partage des publicités pour un même service, une seule seulement a accepté, EMI. Les autres ont attaqué le portail en procès par l’entremise de l’IFPI. Les majors ne sont donc pas contre le principe de diffuser la musique gratuitement si il y a une rémunération à la clé. Elles veulent juste décider qui le fera pour elle. Pas Baidu.com, mais pour Google, pas de problèmes. Laissons libre d’interprétation cette marque de favoritisme. Cela marque encore une fois la volonté, chez les majors, de vouloir avoir le maître mot dans la diffusion de contenu tandis que la nécessité les pousse à évoluer vers l’inéluctable en traînant des pieds.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés