Le réseau social de recommandation musicale Last.fm a annoncé le lancement d'un service d'écoute illimitée de musique sur son site et un programme de rémunération de droits d'auteurs pour les artistes non affiliés à un label ou une société de gestion collective.

Le service est pour le moment limité aux Etats-Unis, à la Grande-Bretagne et à l’Allemagne. Last.fm a annoncé mercredi à New York le lancement d’un nouveau service qui permet aux artistes indépendants de percevoir une rémunération pour les recettes générées à chaque fois que leur musique est écoutée sur le site du service en ligne. Le programme Artist Royalty Program est proposé à tout artiste qui ne dépend ni d’un label ni d’une agence de collecte, et qui aura choisi d’uploader sa musique sur Last.fm, précise le site racheté l’an dernier par le géant américain CBS.

A l’instar de ce que proposent YouTube ou Dailymotion, il s’agit ici de partager les revenus publicitaires générés sur Last.fm. « Depuis quelques années, nous tentons de redéfinir l’économie de la musique en permettant aux artistes et aux labels de générer des recettes en fonction du mode d’écoute des auditeurs plutôt que de leur mode d’achat« , explique Martin Stiksel, co-fondateur de Last.fm.

Par ailleurs, Last.fm a annoncé également un service gratuit d’écoute intégrale et illimitée en streaming de la musique des quatre majors (Universal, Sony BMG, Warner et EMI), et de 150.000 labels indépendants, agrégateurs (dont CD Baby, IODA, Naxos et The Orchard) et artistes indépendants. Jusqu’à présent, le site ne proposait que des extraits de 30 secondes (mais l’écoute intégrale est déjà disponible à partir du logiciel Last.fm).

Pour le moment, pendant la phase de lancement, le service ne permet d’écouter que 3 fois un même morceau en intégralité. Après 3 lectures, Last.fm affiche un pop-un à l’utilisateur qui le previent que le service définitif, qui sera bientôt lancé, permettra un nombre illimité de lectures.

Last.fm précise que ce service devrait être étendu à l’ensemble des pays dont la France « dans les prochains mois ». Un développement indispensable pour concurrencer Deezer, qui propose déjà illimitée et gratuite une large collection musicale enrichie par les utilisateurs eux-mêmes.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés