Pendant que l'industrie du disque se bat contre des moulins en imaginant les procédés les plus sordides pour combattre le piratage, d'autres se creusent les méninges pour revaloriser la musique. C'est dans cet esprit que sera lancé demain vendredi la v2 du site Zikpot.fr, qui propose une "Bourse la Musique" sur le modèle de Wall Street... mais pour le plaisir.

Ils sont des dizaines voire des centaines de milliers d’artistes à s’auto-produire en profitant désormais de l’accès direct au public que permet Internet. Dans un monde où les médias ne sont plus les indispensables entenoirs par lesquels filtrent une poignée de musiciens, il est une angoisse nouvelle pour le commun des amateurs de musique : comment dénicher la perle rare ? où trouver la jeune pousse talentueuse dans une forêt de médiocrité ? Sauf à être d’un angélisme naïf et attendrissant, force est de reconnaître en effet que le talent n’est pas une chose universellement partagée, et qu’il est difficile de trouver la patience de fouiller sur Myspace en attendant de trouver le chanteur ou le groupe qui vous fera oublier votre souris le temps d’une chanson. Il faut donc y mettre de la méthode et imposer de nouveaux filtres, en évitant de tomber dans les travers des médias traditionnels et de leur gestion autocratique très souvent contestée, où se mêlent les intérêts mercantiles et médiatiques dans le choix d’un « nouveau talent ».

C’est dans cet esprit que naissent actuellement de plus en plus d’initiatives innovantes, qui donnent aux internautes un rôle à mi-chemin entre l’investisseur financier et le directeur artistique. Sellaband et ArtistShare avaient montré la voie aux Etats-Unis, suivie par MyMajorCompany ou, en France, par Spidart. Si vous avez le sentiment d’avoir mis la main sur une future star de la chanson, vous pouvez miser de l’argent sur elle pour l’aider à financer son album, et remporter la mise en partageant demain les fruits de sa réussite. Nous y consacrerons bientôt un dossier complet.

Zikpot

Zikpot, dont la version 2 sera lancée officiellement demain vendredi, s’inspire de ces principes, mais leur donne une orientation ludique et sans échange d’argent à travers une parodie de la Bourse. Leur « Bourse Musicale » permet de miser une monnaie virtuelle, le i$ (idole-art), pour faire monter la cote d’un artiste, ou au contraire de vendre ses « parts », pour le faire redescendre ou empocher la mise. Un bandeau des cotations défile d’ailleurs en permanence dans le haut du site, pour découvrir les plus fortes hausses du moment. Plus l’artiste se fait connaître et gagne en valeur boursière, plus la mise de départ est fructifiée. Tout comme à la Bourse, il est donc possible de miser sur des valeurs montantes sûres comme Mika ou Amy Winehouse, mais aussi et surtout de prendre des risques sur des artistes inconnus auxquels vous croyez, dont vous allez vouloir assurer la promotion pour faire monter leur valeur.

Créé par quatre anciens employés de Hewlett Packard, Zikpot est donc un service gratuit qui n’implique donc aucune transaction réelle d’argent, mais permet toutefois d’échanger ses i$ contre des cadeaux en rapport avec la musique (baladeurs MP3, places de concerts, matériel audio, CD…). Ses fondateurs misent sur la publicité pour générer des revenus, mais aussi sur des services annexes comme des SMS, sonneries, ventes de CD ou abonnements à des services de promotion pour les artistes et d’informations pour les utilisateurs.

L’avenir de la découverte musicale dans un monde de P2Pistes communistes passe-t-elle par cette forme virtuelle de capitalisme ? Dites-nous votre avis !

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés