HD DVD contre Blu-RayCa n’est pas encore pour cette année que l’on connaîtra le nom du vainqueur de la course que se livrent le Blu-Ray et le HD DVD pour prendre la relève des DVD dans nos salons. Car même si le Blu-Ray a commencé la course en tête, son adversaire a soigneusement préparé la réplique et pourrait bien revenir dans la roue du leader en 2008.

D’après Home Media Research, une filiale de Home Media Magazine, les ventes de disques haute définition aux Etats-Unis entre le 1er janvier et le 30 septembre 2007 se sont élevées à 2,6 millions de Blu-Ray contre 1,4 millions de HD DVD. L’avance est large pour le format soutenu par Sony, mais pas écrasante compte tenue des difficultés concurrentielles qu’a dû affronter le HD DVD pendant ces 9 premiers mois de l’année (au point de déclencher une enquête de la Commission Européenne).

Jusqu’à récemment, seul Universal proposait ses films en exclusivité sur HD DVD, tandis que le Blu-Ray bénéficiait en exclusivité des titres en HD de 20th Century Fox, Walt Disney, Lions Gate, MGM, et bien sûr Sony Pictures. Warner et Viacom avaient préféré ne pas prendre position, et sortir leurs titres dans les deux formats. Dans ces conditions, et en considérant que le Blu-Ray a bénéficié largement de l’effet Playstation 3, le retard du HD DVD sur son concurrent semble assez faible. D’autant qu’il faut relativiser les chiffres. Rien qu’en France, il se vend sur une année plus de 130 millions de DVD. On comprend alors qu’un écart à peine supérieur à un million d’unités aux USA entre le Blu-Ray et le HD DVD reste très faible…

Surtout, le HD DVD a amorcé son retour sur deux fronts complémentaires. Celui des contenus d’abord, puisque Dreamworks et Paramount ont signé une exclusivité de 18 mois avec le HD DVD, qui s’est déjà caractérisée par un succès historique pour le film Transformers (Il a été acheté à plus de 100.000 unités le jour de sa sortie). Celui des lecteurs ensuite, puisque les platines HD DVD se démocratisent à grande vitesse. On trouve aujourd’hui des lecteurs HD DVD Toshiba à moins de 350 euros, alors qu’il faut compter près de 450 euros pour les platines Blu-Ray les moins chères.

Résultat : le consommateur ne sait toujours pas s’il doit s’équiper en Blu-Ray ou en HD DVD. Comme à chaque fois qu’il y a eu guerre des standards dans l’industrie culturelle (le rouleau contre le disque au début du 20ème siècle, le 33 tours contre le 45 tours dans les années 1930, la VHS contre Betamax dans les années 1980, les divers DRM dans les années 2000…), le marché est freiné. Et cette guerre-là est bien partie pour durer encore longtemps…

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés