L’institut Piper Jaffray a livré les résultats de sa 14ème étude biannuelle consacrée aux habitudes de consommation chez les jeunes. Elle a été conduite auprès de 980 étudiants répartis dans 10 villes aux Etats-Unis. Selon les résultats de cette étude, les jeunes américains dépenseraient de moins en moins dans la mode, avec une chute de 24 % de leurs dépenses à l’automne par rapport au printemps 2007, la part du budget des étudiants consacrée à leur apparence restant tout de même de 42 %.

Ca n’est pas l’effet d’une soudaine montée du piratage de jeans et autres mini-jupes qui explique cette baisse, mais sans doute l’effet d’une concurrence de plus en plus rude entre les postes de dépense. 83 % des jeunes interrogés disent ainsi détenir au moins une console de jeux vidéo, et 51 % plus d’une. 62 % ont l’intention d’acheter une console nouvelle génération (Playstation 3, Wii ou Xbox 360), qu’il faut bien nourrir de jeux. Mais puisque l’étudiant est pauvre, 41 % des jeux achetés sont des jeux d’occasion.

Côté musique, c’est le règne d’Apple. Les baladeurs MP3 de la marque iPod représentent 82 % de part de marché parmi les possesseurs de baladeurs, contre 79 % en 2006. De plus, 3 % des personnes interrogées disent déjà posséder l’iPhone, et 9 % projettent d’en acheter un dans les 6 prochains mois !

Seule ombre au tableau, mais de taille, iTunes représente désormais 79 % de part de marché pour l’achat de musique en ligne, contre 91 % l’an dernier. Une chute impressionnante, qui se fait en faveur d’une multitude de concurrents qui partagent des miettes de plus en plus grosses (Amazon, Rhapsody, eMusic, Yahoo, …).

Enfin, les étudiants interrogés ne sont que 64 % à dire ouvertement qu’ils téléchargent de la musique illégalement, contre 72 % l’an dernier. Est-ce la manifestation d’une chute du P2P et d’un regain d’intérêt pour la musique payante (comme le croit Piper Jaffray), ou l’effet d’une consommation gratuite de musique « légale » sur les services de streaming vidéo ou audio ? Ou plus simplement, la chasse aux P2Pistes dissuade-t-elle de plus en plus d’étudiants de répondre honnêtement, même sous convert d’anonymat ?

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés