Nous rapportions récemment l’initiative bizarrement saluée par la presse du service de VOD américain CinemaNow. Il était le premier des services commerciaux du genre à autoriser la copie du film téléchargé sur DVD. Un procédé vieux comme le P2P mais qui a fait l’émerveillement des observateurs pour CinemaNow alors qu’il s’agit de la moindre des choses que de permettre une gravure lorsque le client accepte de sortir sa carte bleue pour payer un film. La moindre des choses, sauf que CinemaNow a tout de même fait appel à une société allemande pour mettre en place un procédé unique censé empêcher la gravure d’être elle-même copiée. Souvenez-vous : surtout ne jamais oublier que le fidèle client est un voleur en puissance.
Aujourd’hui, BoingBoing rapporte le témoignage accablant d’un ingénieur spécialisé dans les disques optiques, qui a étudié le procédé employé. Non seulement les disques ne peuvent pas être gravés correctement par tous les graveurs, ou reconnus correctement par les lecteurs, mais en plus la moindre égratinure sur un disque correctement gravé le rendrait illisible. Les pirates qui n’ont pas payé auront donc toujours un meilleur service en téléchargeant le DVD sur un réseau P2P. Cherchez la logique.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés