Quelques 1200 postulants au concours d'entrée aux écoles de commerce Euromed Management ont pu lire le corrigé d'une épreuve sur le site dédié au concours, avant-même le début de l'examen. 

Vous souvenez-vous de l'affaire de l'épreuve de maths du Bac S 2011, dont Numerama avait révélé qu'une partie du sujet avait fuité sur Internet la veille de l'épreuve ? Comme on pouvait s'y attendre, la réaction des professionnels de l'éducation avait été de chercher à renforcer les mesures de sécurité pour éviter que les sujets ne puisse fuiter, ce qui n'a pas empêché un problème similaire l'année suivante.

Il n'y a aucune véritable réflexion de fond sur ce que devrait changer Internet à la manière d'enseigner et de vérifier les acquis, ce qui passe par le souci primordial d'apprendre à apprendre, et de considérer l'abondance d'informations en ligne comme une donnée nouvelle qu'il faut accepter. Il ne faut plus chercher à mesurer la capacité des candidats à restituer de mémoire des informations qu'il trouvera au besoin sur Internet, mais à les exploiter dans une réflexion construite et personnelle. Ce qui évitera la ridicule chasse aux plagiats

De même pour l'organisation des examens, il est risqué de faire reposer tout un système sur l'espoir quasi religieux qu'aucune fuite opérée sciemment ou non par une personne ne vienne entacher l'égalité des candidats. Preuve en est une nouvelle fois avec le concours commun des écoles de commerce du réseau Euromed Management (Nancy-Metz, Rouen, Reims, Bordeaux et Marseille) qui avait lieu samedi.

En effet, MarsActu rapporte que le sujet d'analyse de textes comparés "était en fait un sujet des annales du concours dont le corrigé était directement accessible en ligne". Croyant qu'il s'agissait d'une "indication supplémentaire donnée aux élèves", un collaborateur de l'école a mis en ligne le corrigé avant-même l'organisation de l'épreuve.

"Certains sont arrivés avec la correction sur leurs smartphone et n'ont pas manqué de sortir régulièrement aux toilettes sans en être empêchés en rien par les surveillants de l'épreuve qui eux mêmes sortaient régulièrement de la salle", témoigne un candidat.

Reste désormais à savoir si l'épreuve sera annulée, ou corrigée avec un barème particulier.

Et peut-être à trouver une nouvelle méthode de recrutement des candidats, qui ne soit plus basée sur un concours d'un jour réalisé hors-ligne ?

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés