Heureusement, le problème ne devrait pas durer. Mais il dépend uniquement du bon vouloir de Logitech, dont les lecteurs de musique en ligne Squeezebox sont actuellement inutilisables en Europe.

Lors de l'IFA 2012 à Berlin, Logitech avait annoncé la fin de la sa gamme de produits Squeezebox, progressivement remplacés par des produits très similaires, sous la marque Logitech UE. A cette occasion, les Squeezebox Radio et Squeezebox Touch lancées en septembre 2009 ont été remplacées par les nouvelles Smart Radio, à l'ambition similaire : offrir un boîtier très simple d'utilisation permettant d'accéder depuis le salon à des milliers de webradios et aux services de musique en ligne comme Spotify, Deezer, Mog, Pandora, etc.

Relié aux enceintes de la chaîne Hi-Fi et à l'accès à internet de la maison par sa connexion Wi-Fi, le boîtier peut lire la musique depuis un grand nombre de services en ligne, qui ne sont pas hébergés par Logitech lui-même.

Pourtant, Logitech a fortement centralisé son service, puisqu'il faut obligatoirement se connecter à ses serveurs pour utiliser le boîtier. L'interface est en effet personnalisée en fonction des applications installées par l'utilisateurs, et en cas de problème de connexion, l'interface ne s'affiche pas. Or depuis plusieurs jours, les possesseurs d'une Squeezebox en Europe ne peuvent plus utiliser leur appareil. Selon Alain Astarita sur Twitter, le problème dure depuis trois jours. Et Logitech communique très peu sur ces difficultés.

Depuis le 25 septembre, le compte officiel dédié à la Squeezebox n'affiche qu'un seul message, publié vendredi : 

Logitech reconnaît ainsi que le serveur permettant de contrôler la Squeezebox est "toujours en panne", sans expliquer l'origine du problème. Le constructeur s'excuse de ne pas avoir communiqué plus tôt, en affirmant travailler sur le problème depuis plusieurs heures, et espérer que le service sera de nouveau utilisable "bientôt". Mais il ne s'avance sur aucun délai.

Preuve supplémentaire que tout service trop centralisé est extrêmement fragile, et surtout qu'il n'offre aucune pérennité aux acheteurs d'appareils qui dépendent de serveurs distants. 

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés