Le ministère de la Culture envisage de faire distribuer en magasin des cartes physiques "Carte Musique Jeune", d'une valeur de 10 ou 25 euros, vendues moitié prix, qui permettront d'obtenir en ligne les tickets de 5, 10 ou 25 euros nécessaires pour acheter la musique sur les plateformes partenaires...

Face au flop de la Carte Musique Jeune, qui n’arrive pas à convaincre les premiers concernés de la nécessité de débourser même 50 % des sommes exigées pour accéder légalement à de la musique en ligne, le gouvernement veut lancer la Carte Musique Jeune v2.0. C’est en tout cas le nom donné à un marché public auquel les candidats devront répondre d’ici le 4 mai 2011 au plus tard.

Alors que le ministère de la rue de Valois avait (selon toutes vraisemblances) trafiqué les chiffres pour faire croire à un échec moins rude qu’en réalité, Frédéric Mitterrand avait indiqué en début d’année sa volonté de ranimer le concept, en rendant la carte « plus simple et plus ergonomique« .

Toutes les pistes évoquées alors sont reprises dans le résumé de l’appel d’offres, qui a pour objet « la reprise et l’hébergement du site www.carte-musique.gouv.fr ainsi qu’une série d’évolutions ayant pour objet de permettre au site actuel de fonctionner sur des terminaux mobile de type smartphones, sur des terminaux de type WAP avec un système de transmission des codes par SMS, avec un dispositif de distribution de cartes physiques vendues par un réseau physique de distribution, avec un dispositif de distribution de cartes physiques vendues par plusieurs réseaux physiques de distribution« .

Le cahier des clauses techniques particulières (CCTP) précise qu’afin de « diffuser plus largement la Carte musique auprès des 12-25 ans, le ministère souhaite faire mettre en place un dispositif de cartes physiques à acheter pour un montant de 10 ou 25 euros (des cartes comportant ces deux valeurs faciales devront être proposées à la vente)« . Les consommateurs pourront alors utiliser ces cartes pour créer leur compte sur la plateforme Carte Musique Jeune et acheter en musique l’équivalent du double de la valeur nominale affichée sur la carte.

Pour assurer une meilleure lisibilité du système en ligne, le repreneur doit « proposer une nouvelle charte graphique, une nouvelle organisation des rubriques pour la partie institutionnelle du site et développer le nouveau site en s’appuyant sur un système de gestion de contenu en ligne libre de droit (SPIP, DRUPAL, Joomla, …)« . Il est par ailleurs envisagé d’ajouter de nouvelles plateformes aux 14 partenaires actuels (Amazon MP3, CD1D, Deezer, Disquaire Online, eCompil, FNAC music, iTunes, MusicMe, MyClubbling Store, MySurround, Orange, Qobuz, Starzik et Virgin Mega), mais sans changer le système des tickets de 5, 10 ou 25 euros.

Le cahier des clauses administratives particulières (CCAP) montre le calendrier envisagé par le ministère de la Culture, pour chacune des tranches à réaliser, à partir du 15 mai 2011 :

  • Reprise du dispositif : 1 mois après notification du marché ;
  • Adaptation aux interfaces de smartphones : 3 semaines maximum ;
  • Envoi de codes par SMS : 6 semaines maximum ;
  • Distribution de cartes physiques : 6 mois maximum (d’abord dans un seul réseau de distribution)

Pas sûr que ça rende l’offre plus lisible et plus attractive…

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés