Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Nintendo Direct : je ne m'attendais à rien et je suis quand même déçu

Après 18 mois de disette, Nintendo a diffusé un Direct le mercredi 17 février. Pendant 50 minutes, les annonces se sont empilées. Hélas, aucune ne fait vraiment bondir au plafond. Plus ennuyant, les absences de taille se font toujours sentir.

« Je suis sûr que beaucoup d’entre vous se sont dit en me voyant : ‘Ah ça y est ! On va enfin avoir des infos sur la suite de The Legend of Zelda: Breath of the Wild !’ Désolé. Le développement continue de suivre son cours et nous devrions pouvoir vous en dire plus cette année » : cet enchainement de phrases, prononcées par Eiji Aonuma, a dû générer plusieurs sourires amers.

La conférence Nintendo Direct, diffusée le 17 février à 23h, avait débuté 40 minutes plus tôt et les fans de Zelda ont dû bondir de leur canapé quand ils ont vu apparaître le producteur de leur saga préférée. Hélas, ce fut un ascenseur émotionnel.

The Legend of Zelda: Breath of the Wild 2 n'a donc pas fait partie des festivités, au même titre que Bayonetta 3, Metroid Prime 4 ou encore la Switch Pro. Nintendo avait l'occasion de profiter du calme médiatique, alors que Sony et Microsoft ont tous deux lancé des consoles devenues des fantasmes à force d'être introuvables dans les rayons.

À la place, la firme nippone s'est contentée d'empiler les annonces. Oui, il y aura plein de jeux sur Switch dans les mois à venir, mais les projets les plus ambitieux ont encore brillé par leur absence -- The Legend of Zelda: Breath of the Wild 2 en tête.

Pourquoi le Nintendo Direct a déçu

Le one more thing, ultime annonce censée faire rêver, résume très bien ce que l'on peut penser de cet événement. Nintendo a choisi Splatoon 3, production orientée multijoueur et convivialité, pour clôturer son show, quelques minutes après l'officialisation de The Legend of Zelda: Skyward Sword HD -- énième portage imaginé pour faire patienter les fans. On a connu mieux, d'autant que ce troisième opus n'est pas prévu avant 2022.

Nintendo aurait été bien plus inspiré de ressortir du placard Bayonetta 3 ou Metroid Prime 4, dont l'avenir continue de s'assombrir en raison du silence continu et le jeu de cache-cache dans lesquels ils sont enfermés. Au moins, The Legend of Zelda: Breath of the Wild 2 a été évoqué et devrait bientôt donner de ses nouvelles.

On aurait également pu espérer l'officialisation de la Switch Pro, déclinaison plus puissante de la console phare. Le lancement d'une telle version serait logique alors que la Switch fêtera cette année son quatrième anniversaire. Elle permettrait de répondre -- un peu -- aux performances de la PS5 et de la nouvelle Xbox. Elle pourrait même s'avérer indispensable pour jouer à The Legend of Zelda: Breath of the Wild 2, plus ambitieux que son prédécesseur. Par le passé, Nintendo nous avait fait le coup avec Xenoblade Chronicles 3D, trop à l'étroit sur la toute première 3DS et obligeant les fans à faire l'acquisition de la New Nintendo 3DS. La Switch Pro, qui pourrait s'appeler la New Switch, aurait constitué un one more thing bien plus séduisant.

Nintendo a-t-il vraiment besoin de marquer les esprits ? Si l'on en croit les chiffres, pas vraiment. Le dernier bilan financier est plus que positif, avec 27,4 millions de Switch vendues sur l'année civile 2020. Même la Wii n'était pas montée si haut (24,8 millions).

Aujourd'hui, la console titille les 80 millions d'unités écoulées et a déjà dépassé la 3DS -- en moins de 4 ans. Et quand on regarde les performances des jeux, il y a de quoi avoir le tournis : les six meilleures ventes dépassent la barre des 20 millions de copies. Bref, Nintendo est dans un confort qui lui permet d'assurer le strict minimum sans aucune crainte pour son avenir à court terme.

https://www.youtube.com/watch?v=GUYDXVDLmns

Que retenir de ce Nintendo Direct ?

Il ne faut pas s'y méprendre, tout n'était pas à jeter dans ce Nintendo Direct copieux, tellement copieux qu'il était parfois difficile à suivre. Les propriétaires de la Switch auront de quoi faire dans les semaines à venir, avec un programme très, très varié. On retiendra par exemple l'arrivée d'expériences pensées pour le multijoueur : le Battle Royale rigolo Fall Guys: Ultimate KnockoutPlants vs Zombies Battle for Neighbourville, le mystérieux free-to-play Star Wars: Hunters ou encore Knockout City, adaptation de la balle au prisonnier. Le Direct a aussi assuré son lot de portages : Outer Wilds, Legend of Mana, Tales from the Borderlands et Ninja Gaiden Master Collection. 

De leur côté, les fans de Mario pourront bientôt s'éclater sur le green avec Mario Golf: Super Rush. Attendu pour le 25 juin, il s'appuiera sur un gameplay tout à la fois accessible et suffisamment profond pour contenter les puristes, dans la pure tradition des productions Nintendo. On pourra aussi swinguer dans son salon grâce à la reconnaissance de mouvements garantie par les Joy-Con. En 2018, Mario s'était déjà essayé au sport sur Switch avec Mario Tennis Aces. On attend désormais le jeu de foot pour boucler la boucle.

Le point sur les sorties à venir sur Switch :

En conclusion, la quantité est là mais on espérait mieux du premier Nintendo Direct diffusé depuis septembre 2019.