Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

L'Europe pourrait encore brider l'Autopilot de Tesla

L'autorité en charge du transport en Allemagne se penche actuellement sur l'une des fonctionnalités avancées de l'Autopilot de Tesla. Le changement de voie automatique pourrait devenir illégal en Europe. 

Les propriétaires d'une Tesla adeptes de l'Autopilot vont-ils encore être lésés en Europe ? Il y a un risque, selon un article publié par Stern le 21 février. L'agence en charge du transport en Allemagne (KBA) a ouvert une enquête sur l'une des fonctionnalités permises par la technologie d'assistance : le changement de voie automatique, déjà bridé en 2019. 

Elle pourrait « ne pas être autorisée en Europe », a assuré un porte-parole, ce qui fait peser la menace d'une nouvelle inhibition de l'Autopilot en France et au sein des pays voisins. La KBA a d'ores et déjà pris contact avec Tesla pour mener son investigation. En parallèle, elle s'est rapprochée de la RDW, entité néerlandaise qui approuve tous les véhicules pour le marché européen. 

Autopilote Tesla // Source : Capture du 1er mars 2019

L'Autopilot de Tesla encore bridé en Europe ? 

Comme son nom l'indique, le changement de voie automatique permet à la voiture d'opérer des dépassements d'elle-même à partir du moment où les conditions le permettent. Durant notre essai plutôt très convaincant (on gagne en confort et en tranquillité sur les longs trajets), nous avions quand même noté : « Chaque changement de voie doit être validé par le conducteur, par un coup de clignotant dans la direction voulue. » Cette étape est propre au marché européen : aux États-Unis, le changement de voie peut se faire sans acceptation de la part du conducteur.

https://www.youtube.com/watch?v=OSy9PPFvLJ0

Cette intervention humaine pourrait d'ailleurs constituer le salut de cette fonctionnalité qui n'est pas tout à fait de la conduite autonome, mais qui s'en rapproche énormément. En ce sens, on est dans une zone grise en matière de législation, ce qui explique pourquoi certains organismes tâtonnent toujours sur ce qui peut être autorisé ou non. Si le changement de voie automatique vient à disparaître du package payant de l'Autopilot, alors la technologie deviendrait beaucoup moins pertinente au moment de la commande (elle est facturée à partir de 3 800 €). 

« L'activation et l'utilisation future de ces fonctionnalités sans surveillance dépendent d'une fiabilité prouvée par des milliards de kilomètres de test pour être significativement supérieure à celle des conducteurs humains, ainsi que de l'approbation réglementaire, dont l'obtention peut être plus longue dans certains pays », rappelle Tesla sur son configurateur en ligne. En bref, accepter de payer pour les packs Autopilot revient à prendre le risque de ne pas profiter de toutes les fonctionnalités vues ailleurs. Au États-Unis, les propriétaires peuvent tester les nouveautés en avance grâce à une législation plus laxiste.