Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Mars et un fin croissant de Lune forment un joli couple céleste cette nuit

La planète rouge est en conjonction avec un mince croissant de Lune dans la nuit du samedi 15 au dimanche 16 mai 2021. Vénus et Mercure sont d'ailleurs visibles un peu plus loin (si la météo le permet).

Vous avez manqué la dernière conjonction entre la Lune et Mars, en avril ? Une nouvelle opportunité se présente le soir du samedi 15 mai 2021. C'est l'un des spectacles astronomiques notables du mois : le satellite naturel de la Terre se glisse auprès de la planète rouge (de notre point de vue).

Il faut se tourner vers l'ouest pour profiter de la conjonction. C'est un fin croissant de Lune qui est observable, si le ciel n'est pas trop couvert. Le 15 mai, environ 13 % de la face visible de l'astre est éclairée par le Soleil (nous sommes quelques jours après la nouvelle lune survenue le mardi 11 mai).

Au cours de la semaine, Mars se lève aux alentours de 21h30, dans la constellation des Gémeaux. Elle n'en disparait que vers 0h40 (dans la nuit du samedi 15 au dimanche 16, donc). La Lune, elle, est levée depuis 8h19 et se couche à 1h14. Lors de votre session d'observation, l'éclat orangé caractéristique de la planète est à rechercher au-dessus du croissant lunaire. Pas besoin d'instrument : vos yeux nus suffisent pour profiter de leur rapprochement.

Mercure et Vénus ne sont pas loin

À noter que vous pouvez tenter d'apercevoir d'autres planètes, toujours sans instrument, ce soir-là : Mercure est observable entre 21h30 et 22h40, et Vénus l'est entre 21h30 et 21h40 -- toutes deux dans la constellation du Taureau. Comme le montre l'image ci-dessus, les deux planètes sont à chercher plus bas sur l'horizon et vers la droite, par rapport à la Lune et Mars.

L'éclat de Vénus (la fameuse « étoile du Berger », même s'il ne s'agit bien sûr pas d'une étoile) est facilement reconnaissable. Quant à Mercure, elle peut être parfois difficile à distinguer à l'œil nu (car elle ne s'éloigne jamais beaucoup du Soleil), mais sa visibilité est particulièrement bonne en ce mois de mai, rapporte l'Institut de mécanique céleste et de calcul des éphémérides (IMCCE) dans sa newsletter mensuelle.

Prochaine conjonction à noter dans votre agenda : avant l'aube du lundi 31 mai, la Lune et Saturne seront toutes proches.