Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

On a joué à Forza Horizon 5 : tellement beau qu'on ralentit pour mieux l'admirer

Forza Horizon 5 est exactement comme ses bandes-annonces le montraient : visuellement époustouflant. Il est ce jeu magnifique dont avait besoin la Xbox Series X pour assumer, enfin, sa surpuissance. 

Aussi étonnant que cela puisse paraître, le jeu de course Forza Horizon 5 démarre dans les airs, à bord d'un avion. Mais il ne faut pas attendre très longtemps avant de voir la soute s'ouvrir, laissant apparaître un gros véhicule Ford Bronco prêt à avaler le sol à vive allure. Puis dans une séquence que ne renierait pas la saga Fast & Furious, le monstre animé par plusieurs dizaines de chevaux est lâché depuis les cieux, prêt à entamer sa course sur un volcan (oui, un volcan).

À peine le premier rugissement de moteur entendu qu'on a déjà envie de figer le temps pour admirer les graphismes. C'est simple : ils sont somptueux.

Voilà bientôt un an que la Xbox Series X est sortie et que ses propriétaires patientent dans l'idée d'acquérir ce jeu qui tirera vraiment profit des caractéristiques faisant d'elle la console la plus puissante du marché -- dixit Microsoft. La PS5 avait frappé d'entrée avec Demon's Souls, puis confirmé quelques mois plus tard avec Ratchet & Clank: Rift Part. Et, après avoir joué quelques heures à Forza Horizon 5, on peut affirmer que la Xbox Series X tient enfin son porte-étendard.

Cet article est une prise en main — nous avons depuis publié une critique plus longue et détaillée de Forza Horizon 5, qui est ici.

Graphiquement, Forza Horizon 5 atteint un très, très haut niveau

Les différentes bandes-annonces diffusées par Microsoft offrent un bel aperçu des graphismes de Forza Horizon 5. Mais les voir avec une manette entre les mains procure un tout autre sentiment. Il est difficile d'imaginer à quel point le titre développé par Playground Games atteint des sommets en termes de rendu, sachant que Forza Horizon 4 était déjà un très joli jeu sur Xbox One X.

Là, on franchit encore un cap au niveau des détails perçus. En ressort une précision inouïe, qui permet de se balader dans un Mexique tout à la fois fictif et photoréaliste -- alimenté par une belle variété en termes de décors traversés (forêts denses, étendues plus désertiques, chemins montagneux...). On pourrait presque s'arrêter et compter les petits cailloux qui agrémentent le bitume, voire les écorchures qui trahissent son âge. Et quand on lève les yeux, on profite d'un panorama presque infini, tellement la profondeur de champ est immense.

Tout est ahurissant dans Forza Horizon 5 : les petites gouttes de pluie qui vont venir perler sur la carrosserie de votre bolide modélisé à la perfection (on ressent à chaque instant l'amour du studio pour les voitures), les reflets d'une route détrempée qui vont vous valoir quelques sorties de piste (on ne dira rien sur ceux du capot...), l'effet lens flare qui viendra souligner les gyrophares d'un camion... Forza Horizon 5 est époustouflant au point de donner envie de ne plus accélérer pour mieux admirer -- tout simplement.

On imagine déjà les fans se partager des captures d'écran toutes plus belles les unes que les autres, jusqu'à jouer au jeu du « Réel ou virtuel ? ». En prime, la Xbox Series X offre deux arguments difficiles à négliger : un framerate à 60 fps (sans trop d'incidence sur la fidélité) et des temps de chargement quasi instantanés.

Un jeu de course avant tout

Si Forza Horizon 5 en met plein la vue (surtout sur un téléviseur compatible avec la technologie Dolby Vision), il n'oublie pas non plus d'être ce jeu de course ultra plaisant. Accessible, pour ne pas dire grand public, il utilise une structure en monde ouvert pour nous permettre d'enchaîner des épreuves, qu'elles soient sérieuses (des courses classiques) ou plus atypiques (exemple : pourchasser un avion, puis deux motocross, puis un pilote en wingsuit...).

Forza Horizon 5 est davantage un concentré de fun, assorti d'une ambiance pop et colorée qui donne envie de partir en vacances. On est donc moins dans la simulation pure, même si les sensations de pilotage sont au rendez-vous (bon travail sur le ressenti du grip des différentes surfaces). Bien sûr, supprimer certaines aides au pilotage offrira un peu plus de défi aux puristes. Par défaut, Forza Horizon 5 est un jeu très, très accessible.

D'une manière générale, Forza Horizon 5 ne risque pas de bousculer les amateurs de la saga. Ils s'appuie sur les mêmes bases que ses prédécesseurs, avec une pleine liberté, un garage immense, des secrets à dénicher, une carte immense à parcourir, du contenu en veux-tu en voilà... Le dépaysement n'est pas à aller chercher du côté du gameplay, mais des environnements mexicains conçus par Playground Games. Cela n'empêchera pas Forza Horizon 5 d'être, d'emblée, un incontournable de la Xbox Series X -- ne serait-ce que pour, enfin, rentabiliser sa console surpuissante branchée à un téléviseur OLED dernier cri. En tout cas, on a déjà réservé notre billet pour le Mexique, départ prévu le 9 novembre -- depuis notre salon.