Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Osmosis : pour sa deuxième production française, Netflix revisite une série d'Arte

Sorte de Black Mirror français créé en catimini par la pépinière de talents d'Arte, Osmosis va renaître sur Netflix. Le géant de la SVoD parie à nouveau sur la France avec une série d'anticipation signée Audrey Fouché, scénariste de l'école Canal+. 

Ce jeudi matin, Netflix France a annoncé sa prochaine production française, deuxième du genre après MarseilleElle se nommera Osmosis et entrera en production dès 2018. Le show n'est pas tout à fait inédit puisqu'il est fortement et délibérément inspiré d'une mini-série très conceptuelle proposée par Arte Creative il y déjà plus de deux ans.

Le concept de la chaîne franco-allemande avait enthousiasmé les critiques françaises par son ton et son sujet très semblables à ceux de Black MirrorL'histoire commençait comme celle d'une startup de la French Tech, où un fringant bourgeois inventait l'application de rencontres ultimes dont la perspicacité algorithmique promettait de « ne jamais faire d'erreur. » D'où le slogan qui affublait les affiches du show : N'ayez plus peur d'aimer.

Mais rapidement, les pastilles (entre six et dix minutes) prenaient un virage sombre et s'attachaient à soulever les paradoxes de nos vies (trop?) connectées.

Un Black Mirror parisien

Pierre Sérisier, journaliste au Monde, se montre à l'époque plus emballé par le propos que par une réalisation qu'il juge trop pressée : « Au fil des épisodes qui fonctionnent comme des couches successives dans la réflexion, apparaissent alors les véritables enjeux : le contrôle de l’information qui constitue la clé du pouvoir et l’identité humaine que l’on pourrait rêver malléable jusqu’au point d’être effacée. »

Aujourd'hui, le concept d'Arte est repris par Netflix mais l'équipe comme les moyens changent. La mini-série quitte le giron de ses créateurs (Gabriel, Louis et William Chiche ainsi que le scénariste Loïc Belland) pour rejoindre l'écurie du géant de la SVoD, qui a déjà désigné la scénariste à la tête de ce ce Black Mirror parisien.

C'est donc Audrey Fouché, passée par la Fémis et les séries Canal+ qui aura la tâche d'écrire de meilleurs dialogues que ceux de MarseilleLa jeune femme donne déjà quelques gages de confiance grâce à son CV : on la retrouve notamment sur Borgia et Les Revenants de Fabrice Gobert. En 2013, ses capacités de travail et d'adaptation à un casting international avaient convaincu Télérama, qui voyait en elle une apprentie showrunneuse.

Notons que Netflix conserve clairement le nom et le concept d'Arte  : « Grâce aux données de ses utilisateurs obtenues via des micro-robots implantés dans leurs cerveaux, la nouvelle application OSMOSIS garantit avec certitude de trouver le partenaire idéal et transforme le rêve ultime de trouver l'âme sœur en réalité. Mais y a-t-il un prix à payer lorsqu'on laisse un algorithme choisir l'homme ou la femme de notre vie ? Quand en échange de cet amour éternel, la technologie peut accéder aux recoins les plus intimes de notre esprit, et à nous souvenirs les plus secrets... »