Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Prévu initialement pour 2020, le Tesla Roadster sera produit d'ici « 18 mois maximum » d'après Elon Musk

Elon Musk a donné des nouvelles du Tesla Roadster. La sportive ambitieuse devrait entrer en production d'ici 12 à 18 mois.

Quand le Roadster a été présenté en 2017, Tesla prévoyait un lancement en 2020. Depuis, le constructeur a empilé les annonces et la sportive n'est plus une priorité. À l'occasion de la conférence liée aux résultats financiers du deuxième trimestre achevé sur un petit profit (104 millions de dollars), Elon Musk a quand même donné des nouvelles du bolide. Il entrera en production « d’ici 12 à 18 mois », en Californie. 

Au plus tôt, le Roadster sera sur les routes à la fin de l'année prochaine, sachant que Tesla doit déjà en fournir quelques dizaines aux propriétaires ayant multiplié les parrainages. En 2021, l'entreprise va néanmoins se concentrer sur des véhicules plus importants à ses yeux : le Model Y, qui doit être commercialisé sur d'autres marchés (la France, notamment), et le Cybertruck.

Rendez-vous en 2022 pour le Roadster ?

Elon Musk a plusieurs fois fait comprendre que le Roadster n'est pas le produit à venir le plus important de Tesla, malgré des caractéristiques qui laissent rêveur. Aux yeux du milliardaire, le Roadster s’apparente à « une cerise sur le gâteau » capable de dominer le segment des supercars en rivalisant avec les meilleurs modèles thermiques. 

Il s'agit plutôt d'une voiture qui prouvera que la motorisation électrique peut rimer avec des performances de haute volée. Dans le cas du Roadster, on parle du 0 à 96 km/h englouti en 2,1 secondes et d'une vitesse de pointe de 400 km/h, le tout avec une autonomie promise à 1 000 kilomètres. Ce positionnement n'aidera pas Tesla dans sa quête de la rentabilité durable, au contraire des Model 3 et Model Y (ses voitures les plus abordables).

La supercar pourra même être équipée de mini réacteurs de fusée pour aller encore plus vite (0 à 96 km/h en 1,9 seconde). Cet équipement complètement fou sur le papier appuiera le rapprochement entre Tesla et SpaceX, les deux entreprises dont Elon Musk est à la tête.