Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

General Motors montre comment ses voitures autonomes gèrent les virages urbains les plus dangereux

General Motors a publié une vidéo sur ses voitures autonomes. Elle montre leurs capacités en ville.

Comment se comportent les voitures autonomes de Cruise, la division de General Motors dédiée au développement de cette technologie de demain ? Comme Waymo avant lui, le constructeur a décidé de montrer ses avancées en vidéo. Le 23 mai 2019, il a partagé une séquence où on voit ses véhicules s'engager dans plusieurs virages à gauche, dans des situations complexes.

Cruise explique que la ville de San Francisco repose sur un environnement difficile à appréhender pour une intelligence artificielle, au moment d’aborder un croisement, plus précisément quand il faut tourner à gauche. « Dans un jour normal, les véhicules autonomes de Cruise en exécutent 1 400, ce qui génère suffisamment de données pour que les ingénieurs puissent analyser et appliquer les algorithmes qu’ils développent pour les autres manoeuvres compliquées », souligne Cruise. 

https://www.youtube.com/watch?time_continue=1&v=6YALSJTI33g

Les voitures de GM savent tourner à gauche

Le problème avec les virages à gauche dans une intersection avec beaucoup de passages ? ll n'y a aucune indication sur le moment idéal où il faut tourner, donc aucun dispositif extérieur protecteur (comme des feux tricolores). Pour s'engager, il faut y aller au feeling, soit un élément difficile à intégrer dans une intelligence artificielle. A priori, les ingénieurs de General Motors sont parvenus à mettre le doigt sur un algorithme capable d'apprendre de manière efficace.

Car, à en juger par la vidéo, les voitures autonomes gèrent plutôt très bien ces virages à gauche non protégés. Ce constat est particulièrement appréciable quand le véhicule en croise d'autres et s'engage au bon moment, presque instinctivement. On remarque quand même que la prise de décision intervient après un petit temps d'arrêt, comme si l'intelligence artificielle voulait s'assurer un matelas de sécurité avant de faire tourner la voiture. Comprendre : un humain peut aller un peu plus vite. Pour le moment.

On rappelle que General Motors vise toujours cette année pour la commercialisation.