Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Dott : on a testé les trottinettes électriques made in France

Dott fait partie des dernières trottinettes électriques en libre service à avoir débarqué à Paris, mais elle parvient tout de même à se démarquer. Voici notre test.

Après quelques mois de tests dans le XIIIème arrondissement de Paris, la startup française Dott a lancé officiellement sa trottinette dans toute la capitale le 9 avril 2019. La firme a donc débarqué bien tard sur le marché des véhicules en free-floating. Arrivée en dixième position, elle devait faire face à une rude concurrence et notamment aux géants que sont Lime, Bird et Bolt. Dans ce marché bondé, Dott devait se démarquer pour espérer survivre. Voici notre avis.

Application et tarifs

Si Dott cherche à se démarquer de ses concurrents, ce n'est pas avec ses tarifs ou avec son application, très basique. Le système de prix est en effet le même que pour toutes les autres trottinettes : 1 euro pour débloquer le véhicule et 15 centimes par minute d'utilisation. On retiendra tout de même qu'une réduction de 50% est offerte pour les trois premières courses.

L'application Dott ne possède ni atout, ni véritable problème. Le logiciel fonctionne sans latence, le niveau de batterie de la trottinette est indiqué, et la géolocalisation est relativement précise (mais moins qu'à l'époque des essais dans le XIIIe). Il lui manque cependant plusieurs fonctionnalités pour devenir réellement intéressante. L'app ne permet pas de réserver sa trottinette ou de repérer le chemin le plus rapide jusqu'au véhicule sélectionné, par exemple. Des capacités que l'on trouve chez plusieurs concurrents et qui offrent un véritable confort d'utilisation aux clients. Sans être problématique, ce manque d'innovation ne joue pas en faveur de la marque française.

Design et maniabilité

Le design de la trottinette Dott s'éloigne de ce qui se fait habituellement. Alors que la concurrence utilise des modèles Xiaomi ou Ninebot-Segway, la startup a décidé de créer un véhicule original. On retient d'abord ses grandes roues qui permettent de réduire les vibrations ressenties lors de la conduite. Si les secousses sont toujours présentes, notamment sur les pavés, elles ne rendent pas les trajets désagréables. Côté confort, on note également un large repose pied et des poignées agréables à prendre en main (ce qui est assez rare pour être souligné).

Le poids important de la Dott pourra en gêner certains, mais il s'agit d'un atout indéniable pour la conduite. Sa masse rend la trottinette très stable et n'entrave absolument pas sa maniabilité, même dans les virages. Le freinage est également d'un très bon niveau. Efficace sans être trop brusque, le système est en plus doté d'un levier plutôt que d'un simple bouton. Il s'agit peut-être d'un détail pour certains, mais il rend la prise en main du véhicule bien plus agréable sur le long terme.

C'est plutôt au niveau de la vitesse que le poids pose problème. En ligne droite, la Dott atteint les 25 km/h, mais la moindre pente peut la faire tomber bien en dessous de sa vitesse de croisière. Il est également déconseillé d'essayer de démarrer dans une côte (même légère) tant la Dott est en difficulté dans ce genre de situation.

Nombre et disponibilité

Comparée à certains concurrents, Dott est une petite startup et cela se ressent dans la disponibilité de ses trottinettes. Quelques centaines de véhicules ont été déployés dans la capitale (contre des milliers de Lime ou Bird), mais leur répartition laisse à désirer. Tandis que certaines zones sont remplies de trottinettes, notamment sur la rive droite de la capitale, d'autres n'en comptent qu'une poignée (comme le XIXe arrondissement). Il arrive donc que l'on marche de très longue minutes avant d'apercevoir l'ombre d'une Dott (mais quand on voit certaines rues envahies de trottinettes électriques, est-ce finalement vraiment un problème?).