Tesla a affiché une perte nette de 702 millions de dollars pour débuter l'année 2019.

Le 24 avril 2019, Tesla a publié ses résultats financiers pour le premier trimestre de l’année. Après un trimestre record qui est venu conclure l’année 2018 en beauté, dégageant un profit, le constructeur américain est retourné dans le rouge, affichant une perte nette de 702 millions de dollars.

Tesla Model 3, essai européen // Source : Louise Audry et Julien Cadot

Le Q1 2019 en chiffres

Pour Tesla, ce trimestre était particulièrement important. Si l’entreprise d’Elon Musk ne s’attendait pas à dégager un profit, le déficit est tout de même important. Cela dit, il ne faut pas minorer le fait que ce trimestre est historiquement faible pour le constructeur et que la croissance d’année en année est bien au rendez-vous.

  • 4,5 milliards de dollars de chiffre d’affaires (2,6 milliards au Q1 2018 ; 7,2 milliards de dollars au Q4 2018)
  • 702 millions de dollars de pertes (le 4e pire trimestre de l’histoire de Tesla)
  • 77 100 véhicules produits
  • 63 000 véhicules livrés
  • 2,2 milliards de dollars de cash pour l’entreprise à la fin du trimestre (dont 768 millions de dollars correspondant aux sommes payées par les clients pour les précommandes)

Expliquer ces résultats

Pour Elon Musk, qui a organisé cette conférence auprès des actionnaires de Tesla, le principal problème de l’entreprise est la logistique. Tesla se rend compte en effet que toutes les voitures doivent être livrées dans le monde entier depuis une usine située aux États-Unis. Avec l’ouverture à l’Europe et à l’Asie des livraisons de Model 3, Elon Musk a évoqué « le pire problème de logistique qu’il ait jamais rencontré  ». Aujourd’hui, les véhicules européens arrivent en effet par bateau et il est sûr qu’une commande placée aujourd’hui n’est pas en stock en France : elle doit sortir de l’usine américaine et faire ce long voyage.

À ce problème de logistique s’ajoute, aux États-Unis du moins, l’arrêt des programmes de subvention des véhicules électriques. Cette décision de l’administration Trump vient enlever un bonus écologique qui pouvait retirer jusqu’à 7 500 $ dollars du prix d’un véhicule électrique. Cette aide fédérale permettait évidemment de rendre bien plus abordables les voitures de Tesla.

Tesla Model Y à l’arrière // Source : Tesla

Les perspectives

Tesla reste optimiste pour le 2e trimestre de 2019, mais revient sur l’idée que ce serait un trimestre bénéficiaire. Q2 2019 pourrait encore accuser une perte dans les comptes de l’entreprise. Mais la Tesla Model 3 est déjà le véhicule électrique le plus vendu au monde, ce qui ne ferme pas pour autant les perspectives pour l’année 2019.

À ce sujet, Elon Musk a confirmé plusieurs plans déjà évoqués devant la presse :

  • La commercialisation de la fameuse Model 3 à 35 000 dollars, cette voiture entrée de gamme qui se fait attendre et pourrait toucher bien plus de clients.
  • Le lancement d’une assurance maison, les Tesla faisant partie des véhicules les plus chers à assurer du marché. Elon Musk espère ainsi réduire la facture annuelle de ses clients.
  • Le focus sur les ventes en ligne, au détriment des ventes physiques. Cela entraînera la fermeture de magasins et permettra à Tesla d’économiser.
  • La Gigafactory de Shanghai devrait améliorer la logistique, en produisant les Model Y destinés au marché chinois.

Tout cela, sans même évoquer les projets à moyen terme : le Model Y qui doit débarquer en Chine, les camions Semi pour l’industrie, le Roadster de deuxième génération pour le luxe et des véhicules encore non annoncés (on pense notamment à un pick-up).

Crédit photo de la une : Tesla

Partager sur les réseaux sociaux