Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

La prochaine génération de Smart électrique sera produite en Chine

Daimler va produire la future génération de Smart 100 % électrique en Chine. 

Daimler nourrit de grandes ambitions pour sa marque Smart et la future génération sera produite en Chine, a annoncé le groupe dans un communiqué publié le 28 mars 2019Pour la petite citadine, cette stratégie matérialisée par une joint venture avec Geely, sonne comme le début d'un nouveau chapitre. Il imite le choix de BMW d'assembler la future Mini électrique au sein de l'empire asiatique et, en quelques sortes, celui de Tesla qui a choisi la Chine comme premier territoire pour le Model Y.

Daimler tient néanmoins à rassurer sur un point : aucun salarié de la branche Smart ne sera licencié à la suite de cette décision majeure (ils travailleront pour la joint venture ou prendront un autre poste). De même, l'usine française située à Hambach sera réquisitionnée, comme prévu, pour produire une voiture électrique compacte inscrite dans la gamme EQ de Mercedes.

Une nouvelle Smart attendue pour 2022

La future génération de Smart 100 % électriques sera produite dans une nouvelle usine en Chine en vue d'assurer des premières livraisons dans le monde en 2022. À date, plus de 2 millions de Smart ont été vendues et Daimler compte faire de la marque un acteur important de la mobilité de demain. À ce sujet, on rappelle que son service d'autopartage car2go utilise des Smart électriques. En compagnie de Geely, d'autres services associés vont être développés et ils devraient être proposés à l'échelle mondiale.

En attendant, la Smart EQ fortwo actuelle continuera d'être assemblée en France et la version EQ forfour en Slovénie. Mercedes-Benz va investir 500 millions d'euros dans l'usine française pour la production de son véhicule. En somme, Daimler avait besoin de faire de la place pour maximiser le potentiel d'une marque à laquelle il croit beaucoup. Et pour laquelle il est prêt à accepter des changements majeurs. « Les décisions radicales font partie de l’ADN de cette marque depuis le tout début. C’est toujours le cas », rappelle Dieter Zetsche, à la tête de Daimler. 

https://www.numerama.com/vroom/440233-essai-de-la-smart-eq-lurbaine-parfaite-mais-trop-chere.html