Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Ambitieux ? Tesla envisage la conduite « automatique » dans les rues dès 2019

Tesla a confirmé deux évolutions ambitieuses pour l'Autopilote et a revu la manière dont les fonctionnalités de conduite automatique sont vendues. Nouvelle source de confusion ?

Jeudi 28 février 2019, Tesla a modifié une fois encore sa gamme Model 3 pour introduire la version à 35 000 dollars -- soit la moins chère possible. Il en a profité pour revoir la description de ses options liées à l'Autopilote. Pour nous, c'est l'occasion de découvrir le calendrier des évolutions à venir.

Et, apparemment, Tesla est très ambitieux. En 2019, les mises à jour devraient apporter :

La mention de la 'conduite automatique totale' risque de semer une nouvelle fois la confusion dans l'esprit des propriétaires.

Une option peu claire ?

En octobre dernier, Tesla avait pris la décision de retirer une option liée à l'Autopilote au prétexte qu'elle était un peu trop en avance sur son temps (elle promettait la conduite autonome dans un avenir incertain). En lisant la description de ce que le constructeur appelle 'Capacité de conduite automatique totale', il y a de quoi se reposer des questions.

Car, de toute évidence, la mention 'conduite automatique en ville' suggère de la conduite autonome dans des environnements complexes. À l'inverse, la 'reconnaissance et réaction aux feux de signalisation et aux panneaux-stops' paraît plus envisageable à court terme. Au regard de la progression fulgurante de l'intelligence artificielle embarquée dans les véhicules, on ne voit pas pourquoi elle ne serait pas capable d'ajuster automatiquement la vitesse en lisant un panneau. 

Cela permet surtout à Tesla de réorganiser ses prestations d'assistance en deux options :

Bien évidemment, Tesla précise que toutes ces aides à la conduite « exigent une surveillance active de la part du conducteur et ne rendent pas le véhicule autonome ». Dès lors, on voit comment Tesla va déployer ses technologies : en améliorant petit à petit son autopilote tout en obligeant le conducteur à une veille permanente. On a hâte de voir comment les véhicules se comporteront.