Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Faraday Future : la startup chinoise qui rêvait d'un destin à la Tesla touche le fond

Faraday Future est toujours en quête d'argent et ne peut plus payer ses employés.

L'avenir continue de s'assombrir pour Faraday Future, startup chinoise qui rêvait d'un destin à la Tesla. Selon un mail obtenu par The Verge le 26 février 2019, la société a annoncé aux employés partis en congés sans solde qu'ils ne pourront pas revenir tout de suite. En vacances forcées depuis décembre, ils étaient censés reprendre leur poste le 1er mars.

En proie à des difficultés financières depuis son litige avec Evergrande, conglomérat qui avait accepté d'investir 2 milliards de dollars et de devenir le principal actionnaire, Faraday Future touche le fond. Et il lui sera difficile de reprendre sa marche en avant... La FF91, sa première voiture électrique, devait entrer en phase de production en fin d'année dernière.

Faraday no more Future

Bizarrement, Faraday Fudure ne semble pas céder à l’alarmisme malgré l’épée de Damoclès prête à s’abattre à tout le moment sur sa tête. Dans le document interne, la startup se rassure comme elle peut en expliquant être « engagée dans des discussions sérieuses avec des investisseurs potentiels ». Comme elle prend plus de temps que prévu, cette énième levée de fonds chargée d’éponger les dettes pour repartir sur des bases solides retarde tout le reste. On y voit une société qui essaie de s'accrocher tant bien que mal à une branche au bord de la rupture. 

Alors que le miracle semblait possible pour Faraday Future, la descente aux enfers se confirme mois après mois. Outre ces centaines employés dans l'incapacité de retravailler, la startup a récemment subi une vague de licenciements et le départ de plusieurs cadres. Le jour où il est parti, Nick Sampson, co-fondateur, expliquait : « La société est insolvable. Je ne peux pas continuer en sachant l’impact dévastateur sur la vie de nos employés, de leur famille et de leurs proches, ainsi que l’effet contagieux sur nos fournisseurs et l’industrie toute entière. »