Victime des airbags Takata, Tesla doit rappeler plus de 14 000 voitures en Chine.

Le timing n’est pas toujours idéal : alors que Tesla travaille d’arrache-pied pour ériger sa Gigafactory 3 en Chine, il va devoir rappeler plus de 14 000 Model S, a-t-on appris auprès de l’autorité de contrôle du marché chinois ce vendredi 18 janvier 2019. L’information a été confirmée par l’entreprise américaine, par la mise à jour d’un communiqué portant sur la sécurité.

Les voitures en question sont des victimes du scandale Takata, manufacturier aujourd’hui en faillite qui a fourni des millions d’airbags défectueux — et dangereux — à plusieurs constructeurs. En mai 2018, Volkswagen rappelait encore des véhicules pour cette même raison.

La Tesla Model S 100D, une voiture de luxe testée 4 jours par Numerama, enclenchera-t-elle une enquête ? // Source : Numerama

Seule la Model S est concernée

Dans le cas de la Model S, c’est le coussin de protection du siège passager qui pose problème à cause du nitrate d’ammonium, susceptible de détériorer l’airbag à la longue et de projeter des débris une fois déployé. Sont concernées des voitures qui ont été produites entre février 2014 et décembre 2016, sachant que les Model S assemblées après cette période, les Model X, les Model 3 et les Roadster ne sont pas affectés. Bien qu’aucun accident impliquant cet airbag ne soit à déplorer, Tesla préfère ne prendre aucun risque et remplacera les équipements qui présentent un risque. La branche chinoise préviendra les propriétaires par mail.

Par le passé, Tesla avait déjà rappelé des Model S de 2012 (à partir de janvier 2017) et 2013 (à partir de janvier 2018). «  Bien que votre véhicule ne fasse pas partie du plan de rappel Takata aux États-Unis, Tesla gère la situation d’une manière globale », explique Tesla sur son site, ce qui veut dire que l’Europe et les pays asiatiques sont traités de la même manière. Logique puisque les voitures y sont importées.

Partager sur les réseaux sociaux