À l'occasion du Mondial de l'Automobile, Mercedes a communiqué sur une année de lancement de sa première voiture autonome de niveau 3. Rendez-vous en 2020.

Pendant que les géants de la tech et les start-up installées dans la Silicon Valley se battent sur la conduite 100 % autonome de niveau 4 (voire 5), les entreprises allemandes se disputent le palier inférieur. La première étape a été remportée par Audi et son A8 mais Mercedes compte bien rattraper son concurrent en 2020 avec sa future Classe S. Soit avant BMW et son iNext.

L’information a été confirmée par Ola Kaellenius, futur CEO de Mercedes et successeur de Dieter Zetsche. Le 11 octobre 2018, dans les colonnes d’Automotive News Europe, il a expliqué : « Nous frappons à la porte de la conduite autonome de niveau 3, et c’est notre objectif pour la future Classe S. C’est quelque chose que l’on pourra d’abord proposer en option, puis qu’il sera possible de vendre en série. » 

Mercedes EQC // Source : Numerama

C’est quoi la conduite autonome de niveau 3 ?

Pour nous faire lâcher prise dans une voiture, Mercedes, Audi et BMW veulent une transition en douceur. Si la conduite autonome de niveau 3 permet d’abandonner le volant et de laisser la voiture rouler seule sur certains parcours ciblés, elle impose quand même une restriction. À savoir : rester un minimum vigilant au cas où l’intelligence artificielle détecterait une situation ingérable pour elle. En d’autres termes, on peut parler d’autonomie surveillée.

À l’heure où nous écrivons ces lignes, la législation n’a pas encore approuvé ces technologies. À titre de comparaison, l’Autopilote de Tesla, parfaitement légal et considéré comme de la conduite autonome de niveau 2, nécessite toujours d’avoir les deux mains sur le volant quand il est activé.

On observe donc une course à deux vitesses. D’un côté, Google et les autres veulent nous installer directement dans des voitures sans volant. De l’autre, les acteurs traditionnels préfèrent ne pas brusquer les conducteurs.

Partager sur les réseaux sociaux