Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

C’est la journée mondiale de la sauvegarde, vous savez ce qu'il vous reste à faire

Le 31 mars est la journée choisie pour sensibiliser le public à la sauvegarde en informatique. Le bon moment pour s'y mettre enfin ?

La journée mondiale de la sauvegarde, c'est quoi ?

La journée mondiale de la sauvegarde est un évènement annuel se déroulant chaque année le 31 mars. C'est une opération qui consiste à sensibiliser le public sur l'importance de faire de temps à autre une copie de ses fichiers et de ses dossiers sur un autre support, de façon à éviter de tout perdre le jour où un problème avec l'ordinateur, smartphone ou tablette survient.

Ce type d'initiative n'est pas récent. Déjà en 2005, l'entreprise américaine Maxtor, qui était spécialisée dans la fabrication de disques durs (et, donc, de supports de sauvegarde), avait lancé le « Backup Awareness Month », le mois de sensibilisation à la sauvegarde. Au fil du temps, l'initiative a muté en une journée plus régulière. À l'époque, cinq recommandations étaient formulées et celles-ci sont toujours valables en 2022 :

Un SSD externe peut convenir pour faire des sauvegardes ponctuelles. // Source : Seagate

Protéger ses données et ses fichiers

L'ordinateur est certes un outil formidable, mais comme tout appareil il peut être sujet à des pannes plus ou moins graves. Sans faire un inventaire à la Prévert, il y a bien des circonstances dans lesquelles une sauvegarde peut assurer vos arrières : votre PC ne démarre plus, vous avez formaté un disque par mégarde, vous avez perdu votre matériel, on vous l'a volé, etc.

Bien sûr, selon les menaces, certaines sauvegardes sont plus pertinentes que d'autres. Si vous faites une sauvegarde de votre PC sur un disque dur externe, mais que vous subissez une inondation qui le noie, celui-ci pourrait ne plus servir. C'est un exemple extrême, mais qui illustre l'intérêt de songer à la fois à une sauvegarde locale, chez vous, et une sauvegarde distante.

La sauvegarde est aussi une bonne parade contre certaines menaces informatiques, comme des logiciels malveillants effaçant les données ou les prenant en otage pour réclamer une rançon. C'est le mode opératoire des rançongiciels (ransomwares) et l'Agence nationale de la sécurité des systèmes d'information conseille justement d'y recourir, pour réduire les risques.

Pour soutenir la nécessité de faire des sauvegardes, le site World Backup Day liste quelques statistiques éloquentes, tirées d'études, qu'il faut voir comme des ordres de grandeur : 30 % des gens n'ont jamais fait de sauvegarde ; 113 téléphones sont perdus ou volés chaque minute ; 29 % des incidents sont accidentels ; un PC sur dix est infecté par un virus chaque mois.

La règle à connaître : 3-2-1

Dans un monde idéal, la procrastination serait étrangère à la pratique de la sauvegarde. La réalité est bien différente : évidemment, on se doute bien que cet article ne provoquera pas de révolution des usages et que beaucoup liront ces lignes l’œil éteint, avec la réflexion fugace qu'effectivement il faudrait faire quelque chose, mais la flemmardise reste trop forte.

Si par miracle vous vous extirpez de votre inertie, il y a une règle qui connaît une attention croissante : c'est la règle des 3-2-1. Chaque chiffre désigne une consigne . Le 3 signifie qu'il faut avoir 3 copies (une « active », que vous utilisez, et deux de réserve), sur 2 types d'espace de stockage (une clé USB et un disque dur par exemple) et 1 sauvegarde dans le cloud, loin de vous.

La règle 3-2-1 pour la sauvegarde informatique est censée réduire presque à néant le risque de perdre quoi que ce soit, puisque vous avez plusieurs copies, sur des supports variés, dont l'un est conservé à un autre endroit géographique. Ainsi, même si vous êtes en dégât des eaux, votre sauvegarde dans le cloud, qu'il vaut mieux chiffrer, reste bien au sec.

Multiplier les sauvegardes permet d'éviter les mauvaises surprises. // Source : Acronis