Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Que sont les CryptoPunks, ces petits personnages numéro 1 des ventes de NFT ?

Les CryptoPunks sont les NFT qui ont entraîné le plus gros volume de transactions depuis mars 2021. Que sont ces drôles de petits personnages ?

Cheveux violet ou rouge pétant, capuche, casquette, piercing et clope au bec. À première vue, les CryptoPunks ressemblent aux petits personnages pixellisés des jeux des années 90. Ces 10 000 personnages créés par Larva Labs sont cependant devenus de vraies stars. Chacun d'entre eux est un NFT, ce qui signifie que l'authenticité et la propriété d'un CryptoPunks sont certifiées sur la blockchain. Et comme le révèle un rapport de Chainalysis publié le 6 décembre 2021, ce sont les NFT les plus vendus en ce moment.

Le cabinet spécialisé dans l'analyse des transactions blockchain a ainsi étudié les NFT ayant généré les plus gros volumes de ventes entre mars et octobre 2021. Et, à ce classement, ce sont les CryptoPunks qui arrivent en tête : ils ont entrainé pas moins de 3 milliards de dollars (plus de 2,6 milliards d'euros) de transactions.

La cote de popularité des CryptoPunks est du reste bien plus stable que celle d'autres NFT, note Chainalysis. Même des collections qui ont enregistré d'énormes pics de vente, tel que Hashmasks ou Mutant Ape Yacht Club présentent ainsi des volumes de transactions en dents de scie. « Hashmasks a généré plus de 380 millions de dollars de vente dans la semaine du 4 juillet. (...) Mais son volume de vente hebdomadaire moyen est en dessous des 21 millions de dollars », souligne Chainalysis.

Que sont les CryptoPunks ?

Les CryptoPunks sont des pièces de collection uniques créés par Larva Labs en 2017. Il s'agit d'images de 24 pixels sur 24 générées algorithmiquement. Il existe 10 000 de ces petits punks et punkettes pixellisés. « Aucun ne ressemble à un autre, et chacun d'entre eux ne peut être officiellement possédé que par une seule personne sur la blokchain Ethereum », explique Larva Labs. C'est sur cette blockchain en effet qu'est stocké le certificat de propriété de ces NFT. Il existe plusieurs catégories de CryptoPunks : Alien, Singe, Zombie, Homme, Femme. À cela, s'ajoute une grande variété d'accessoires ou d'attributs mixés de manière unique sur chaque CryptoPunk : lunettes d'aviateur, cigarette, chapeau, couette, barbe, nez de clown, capuche, etc.

Chaque CryptoPunk dispose d'une page propre comme celle-ci sur le site Larva Labs avec, dessus, la liste de ses attributs (capuche, cigarette, etc.), le numéro de son propriétaire, son statut (à la vente ou non) et toutes les transactions dont il a fait l'objet.

À l'origine, ces NFT pouvaient être demandés et obtenus gratuitement par toute personne détenant un portefeuille Ethereum, mais tous ont rapidement été réclamés. « Désormais, pour se les procurer, il faut les acheter à quelqu'un en détenant, via la place de marché qui est également intégrée à la blockchain  », précise Larva Labs. Mais attention, les CryptoPunks ne sont désormais plus à la portée de toutes les bourses. Comme le précise le site de Larva Labs, le CryptoPunks le moins cher est actuellement vendu 69 ether, soit plus de 250 000 euros.

La valeur des NFT augmente

Si tous les NFT n'ont pas autant la cote que les CryptoPunks, Chainalysis note tout de même que la popularité des non fungible token a beaucoup augmenté en 2021. Depuis le début de l'année, le volume des transactions NFT s'élève à 26,9 milliards de dollars. « Une des tendances les plus notables est que l'on voit une hausse significative du montant total échangé, mais aussi de la taille moyenne des transactions, ce qui suggère que la valeur des NFT s'accroit à mesure qu'ils attirent de nouveaux utilisateurs », indique Chainalysis.

Du côté des plateformes d'échange de NFT, c'est OpenSea qui s'affirme comme la plus populaire (c'est d'ailleurs celle que Numerama avait utilisée lorsque nous avions créé notre propre NFT)  : elle a enregistré des transactions crypto à hauteur de 16 milliards de dollars en 2021.

Les données récoltées par Chainalysis montrent que les NFT sont loin de constituer un investissement sûr. Acheter un NFT à une personne génère un profit dans 65 % des cas, indique le rapport. Et c'est encore plus incertain lorsqu'on achète le NFT dès sa création : cela ne permet de réaliser un bénéfice que dans 28,5 % des cas.

« Le marché NFT est dynamique, mais peu en bénéficieront, avertit Chainalysis. Les NFT représentent un des domaines les plus excitants avec une des plus belles croissances du monde crypto (...) Cependant ceux qui envisagent de collectionner et de vendre des NFT doivent comprendre à quel point ce marché est compétitif.  » D'après l'étude du cabinet, seul un petit groupe d'investisseurs très pointus sur le sujet engrange en réalité la majorité des bénéfices réalisés sur les NFT.