Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

La contrebande de processeurs et de cartes graphiques fleurit avec la pénurie de semi-conducteurs

Les douanes hongkongaises viennent de saisir plusieurs centaines de milliers d’euros de matériel électronique de contrebande. Alors que la pénurie de semi-conducteurs continue, le trafic de processeurs, de barrettes de RAM et de cartes graphiques fleurit.

La pénurie de semi-conducteurs n’est pas prête de s’arrêter. Et face à la demande toujours plus grande en semi-conducteurs, cartes graphiques et autres équipements technologiques, le trafic illégal prend de l’ampleur.

Des CPUs attachés au film alimentaire

Le 7 juillet 2021, le site HKEPC Hardware expliquait que la douane de Hong Kong avait arrêté deux chauffeurs transfrontaliers qui tentaient de faire entrer en contrebande pas moins de 256 processeurs Intel haut de gamme. Sur les photos prises par les autorités, on peut apercevoir que les deux chauffeurs avaient collé les composants autour de leurs mollets et de leurs torses à l’aide de film alimentaire.

Une dizaine de jours après, au même endroit, la douane a saisi 52 processeurs Intel cachés entre les sièges d’une voiture pour une valeur d’environ 15 000 euros. Mais c’est le 5 juillet 2021 que les autorités ont effectué leurs plus grosses saisies avec 2200 processeurs, 1000 barrettes de RAM et 630 smartphones. Un trésor dont la valeur estimée est de 4 millions de dollars hongkongais (500 000 euros environ)

Plus tôt dans l’année, c’est un bateau rempli de 300 cartes graphiques qui avait été saisi, toujours à Hong Kong.

L’ombre des cryptomonnaies

Le prix des processeurs, des cartes graphiques et des barrettes de RAM a fait un bond énorme ces derniers mois, en raison de la pénurie qui immobilise l’industrie du numérique. Les composants sont difficiles à produire, difficiles à trouver, et le marché noir affiche des prix stratosphériques en raison de la faible offre et de l’immense demande.

Beaucoup de ces composants n’arrivent d’ailleurs pas dans des ordinateurs traditionnels, mais dans des machines utilisées pour miner des cryptomonnaies. La tendance n’est pas nouvelle, mais la course au bitcoin, à l’éthereum et à toutes ces nouvelles monnaies dématérialisées, a accentué les effets de la pénurie.

Le minage requiert désormais énormément de puissance et de moyens, d’où le choix de faire passer en contrebande des processeurs haut de gamme.