Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Le Fairphone 2 reçoit enfin Android 9 : une mise à jour tardive qui souligne une faiblesse

Et si l’obsolescence logicielle des téléphones Android n’était pas forcément de la faute des constructeurs, mais plutôt de celle de Qualcomm ? C’est ce que semble suggérer la récente communication de Fairphone.

Un smartphone vieux de cinq ans vient de recevoir une mise à jour pour un système d'exploitation vieux de presque trois ans. Énoncée comme ça, la nouvelle peut faire sourire, mais dans le petit monde des smartphones Android c'est un véritable exploit et une bonne nouvelle.

L'heureux élu n'est autre que le Fairphone 2 sorti en 2015 qui vient de recevoir une mise à jour vers Android 9. Construit par la petite entreprise néerlandaise du même nom, le mobile avait pour ambition de devenir le smartphone le plus réparable et le plus écoresponsable du marché. Et si l'entreprise a cessé de commercialiser l'appareil depuis début 2019, elle continue donc de l'accompagner du point de vue logiciel, soulignant au passage l'une des faiblesses de l'écosystème Android : le manque de coopération de Qualcomm.

Seulement trois ans de suivi

Entreprise superstar du monde mobile, Qualcomm équipe l'immense majorité des mobiles Android avec ses puces Snapdragon qui gèrent des aspects critiques du téléphone allant du processeur à la compatibilité réseau en passant par le traitement photo. Mais Qualcomm est aussi responsable de l’obsolescence logicielle de nombreux mobiles Android.

Les puces distribuées par Qualcomm ont en effet une date de péremption qui correspond au moment où l'entreprise arrête d'assurer leur suivi. Ces composants étant en quelque sorte le cœur de nos smartphones, ils doivent être régulièrement entretenus pour offrir une compatibilité avec les versions les plus récentes d'Android. Si Qualcomm cesse d'offrir les pilotes nécessaires à l'adoption des nouvelles versions de l'OS de Google, alors il devient quasiment impossible de déployer des mises à jour.

Actuellement, Qualcomm promet d'assurer le suivi de ses puces pendant au moins trois ans. Un engagement risible face à Apple qui assure un suivi pendant au moins 5 ans, mais une amélioration par rapport aux deux ans que l'entreprise assurait auparavant.

Le Do It Yourself logiciel

C'est en cela que l'annonce de Fairphone est intéressante. Le Fairphone 2 est équipé d'une puce Snapdragon 801 sortie en 2014 et que Qualcomm a arrêté de supporter après la sortie d'Android 6 en 2015. Résultat, Fairphone a dû travailler sans Qualcomm pour sortir de nouvelles versions d'Android sur son mobile. « C'est le seul smartphone [sous Snapdragon 801 NDLR] à recevoir, une mise à jour vers Android 9 et nous avons dû construire le système d'exploitation sans aucun soutien du fabricant de puces Qualcomm », explique Agnes Crepet, responsable du logiciel chez Fairphone.

Pour une entreprise de tout juste 80 personnes, c'est donc un véritable exploit de déployer une telle mise à jour sur un smartphone vieux de 5 ans. « On a adopté une approche Do it Yourself pour assurer le suivi logiciel du Fairphone 2 afin de permettre aux gens d'allonger la durée de vie de leurs téléphones », explique la responsable qui en profite pour remercier la communauté qui a aidé au développement de cette mise à jour.

Pour avoir une petite idée de l'investissement nécessaire à un tel projet, en 2018 lors de la mise à jour du Fairphone 2 vers Android 7, l'entreprise estimait le coût du projet à 500 000 €. Une somme colossale pour un téléphone qui s'est vendu à 100 000 exemplaires.

L’intérêt de ces mises à jour est moins de découvrir les nouveautés des dernières versions d'Android que de permettre au mobile de continuer à profiter des patchs de sécurité mensuels déployés par Google.

Treble, une nouvelle architecture pour Android

Le cas Fairphone illustre donc bien la problématique de l'écosystème Android qui doit compter sur la collaboration d'un grand nombre d'acteurs de la chaine industrielle pour assurer le suivi des mises à jour, et ici Qualcomm ne joue pas vraiment le jeu.

C'est pour cette raison d'ailleurs que Google a depuis quelques années lancé le projet Treble qui a pour but de rendre l’architecture d'Android plus souple, plus modulaire… et moins dépendante des fabricants de puces type Qualcomm. En théorie, Treble permet de mettre à jour le système d'exploitation d'un mobile sans avoir besoin de toucher à la plateforme de Qualcomm.

https://www.youtube.com/watch?v=LcLmQp7ZdGU

Comme à son habitude, Fairphone veut donc montrer l'exemple afin d'encourager l'industrie à faire mieux. Mais aujourd'hui, s’il faut chercher un responsable pour la fragmentation de l'écosystème Android, c'est probablement du côté de Qualcomm qu'il faudrait creuser.