Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Snapchat ne rendra pas son compte à Donald Trump

Snapchat a décidé de pérenniser la sanction prise contre le compte de Donald Trump, à la suite des scènes insurrectionnelles à Washington, le 6 janvier 2021.

La sanction de Snapchat contre le compte de Donald Trump, qui a été prise dans le sillage de Twitter, devient permanente. Le site d'information Axios a appris le 14 janvier de la part du réseau social que le verrouillage du profil du président américain, enclenché juste après l'envahissement du Capitole par des émeutiers pro-Trump, était désormais un bannissement définitif.

« Dans l'intérêt de la sécurité publique, et sur la base de ses tentatives de diffusion de fausses informations, de discours de haine et d'incitation à la violence, qui sont des violations évidentes de nos directives, nous avons pris la décision de fermer définitivement son compte », a déclaré un responsable. L'exclusion a aussi tenu compte des antécédents de l'équipe de Donald Trump sur la plateforme.

À titre d'exemple, Snapchat avait pris la décision début juin 2020 de retirer au compte de Donald Trump le droit d'accéder à un espace promotionnel lui permettant de mettre en avant ses publications auprès d'un nouveau public. À l'époque, l'entreprise américaine avait expliqué que cet espace étant éditorialisé par ses équipes, il n'était pas concevable de choisir un compte incitant à la violence.

Un président coutumier des écarts sur Snapchat

Selon des sources internes à Snapchat, le compte de Trump a enfreint à plusieurs reprises les règles de Snapchat au cours des derniers mois, notamment en ce qui concerne les propos haineux, la glorification de la violence, la désinformation ou l'incitation à commettre des actes répréhensibles. Le volume des incidents se chiffrerait en dizaines, avec à la clé des avertissements et des retraits de contenus.

L'insurrection d'une foule partisane de Donald Trump, chauffée à blanc par des mois de désinformation et encouragée par des propos ambigus du président américain et de son entourage, a entraîné un retour de bâton très violent aux USA. Une nouvelle procédure de destitution a été lancée, les condamnations ont été nombreuses et les prises de distance et les sanctions se multiplient, y compris dans la sphère numérique.