Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

5G : la France compte désormais un demi-millier de stations expérimentales

Les débuts de la 5G sont attendus à la fin de l'année 2020. En attendant, les stations expérimentales continuent de fleurir sur le territoire.

Elles étaient une centaine à la fin du printemps 2019. Elles sont désormais cinq fois plus, selon le dernier bilan établi par l'Agence nationale des fréquences, début août. À quelques mois du déploiement commercial de la 5G, qui ne débutera qu'à la toute fin de l'année, les stations expérimentales continuent de fleurir sur le territoire métropolitain. Et les quatre opérateurs télécoms sont concernés.

Le seuil des 500 stations expérimentales autorisées à fonctionner en France a été franchi en juillet, lorsque l'ANFR a donné son feu vert pour la mise en route de six nouveaux sites -- dans la bande de fréquences des 3,5 GHz, qui est celle qui sera utilisée en priorité pour accompagner les débuts de la 5G. À plus long terme, d'autres bandes de fréquences sont sur les rangs, comme la bande 700 MHz.

De fortes disparités existent entre les quatre opérateurs sur ces tests : Orange est de très loin celui qui opère le plus de stations, avec 355 sites répartis dans onze départements. À l'inverse, Free Mobile n'en a sollicité que 9, tous dans la capitale. Quant à SFR et Bouygues Telecom, ils pilotent respectivement 54 et 65 sites dans un peu plus d'une demi-douzaine de départements.

Toutes ces 500 stations expérimentales ne sont pas nécessairement en fonctionnement : l'Agence nationale des fréquences rappelle que certaines d'entre elles ne sont pas encore allumées ou que d'autres ont achevé les missions pour lesquelles elles étaient nécessaires. Sur le site du régulateur des télécoms, on peut lire par exemple que c'est le cas de Free, qui travaillait sur Paris avec Nokia sur plusieurs technologies.

Des stations expérimentales dispersées sur le territoire

Ni le régulateur des télécoms ni l'agence en charge des fréquences ne fournissent de carte qui localise précisément l'emplacement des stations -- néanmoins, l'un comme l'autre ont sur leur site web des rubriques donnant une idée de la localisation des sites pilotes et de celle des expérimentations, y compris sur d'autres bandes de fréquences, comme celle au-delà des 26 GHz.

L'agence nationale des fréquences livre aussi une répartition croisée selon les opérateurs et les départements :

DépartementFree MobileOrangeSFRBouygues Telecom
111
1395
3125
3321
3453
445014
5989
6922
75934110
765
7824
9111
922461
9366
942
Total93555465

Les stations expérimentales permettent aux opérateurs de tester diverses techniques de communication, comme le « beamforming », qui consiste à focaliser des faisceaux d'ondes radio vers l'utilisateur. Elles permettent aussi d'évaluer les performances globales de la 5G, en termes de débit ou de latence, y compris dans certaines circonstances, à l'intérieur des bâtiments par exemple, ou en cas d'interférences.

Avec l'épidémie de coronavirus, le calendrier du déploiement de la 5G a pris du retard : les dernières phases de la procédure d'attribution des blocs de fréquences, dont les enchères, s'étaleront entre le début de l'automne et octobre, voire novembre. Dès lors, l'achat d'un smartphone 5G en 2020 n'a aucun intérêt, puisque les réseaux seront très embryonnaires au moment de leur mise en route.