Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Comment DuckDuckGo va contrer plus efficacement les trackers pour protéger votre navigation

DuckDuckGo annonce Tracker Radar, un projet qui vise à améliorer le suivi et la lutte des outils de pistage sur le web. L'outil, gratuit et open source, doit corriger certaines insuffisances des listes anti-suivi déjà existantes.

Qu'annonce DuckDuckGo ?

Vous ne le saviez peut-être pas, mais DuckDuckGo ne fait pas seulement que proposer un moteur de recherche pour vous aider à trouver des informations sur le web. Il agit aussi contre le pistage des internautes. Pour cela, l'entreprise maintient une liste recensant les scripts de suivi que ses outils d'indexation croisent, lorsque ces derniers parcourent le net à la recherche de nouvelles pages à référencer.

Or le 5 mars 2020, DuckDuckGo a annoncé l'initiative Tracker Radar. Elle vise à fournir à tout le monde les données que le moteur de recherche a amassées au fil du temps, de manière gratuite. Avec elles, les internautes pourront rehausser leur niveau de confidentialité sur le net, mais aussi, espère la société, nourrir des travaux, par l'enrichissement des listes déjà existantes ou pour créer de nouveaux projets.

La particularité du Tracker Radar est d'être « automatiquement générée, constamment mise à jour et testée en continu ». L'idée est donc de bénéficier d'une liste qui ne serait en principe jamais obsolète. « Tracker Radar contient les trackers intersites les plus courants », ajoute DuckDuckGo, qui précise que son fonctionnement a été pensé pour pouvoir bloquer les trackers sans « casser » les sites visités.

DuckDuckGo précise par ailleurs que le code derrière Tracker Radar est open source.

Pourquoi ouvrir Tracker Radar ?

La lutte contre les outils de pistage peut se conduire de deux manières : en se servant de technologies directement intégrées au navigateur web, et qui opèrent automatiquement, ou en s'appuyant sur des listes de blocage, « qui sont presque entièrement alimentées par la foule et tenues à la main ». Or, estime DuckDuckGo, ces listes souffrent « des biais et des choix » des personnes qui les alimentent.

« Par conséquent, il est parfois difficile de savoir pourquoi les entrées individuelles existent, leur importance, si elles sont toujours pertinentes, comment les tester et si elles cassent les sites », commente DuckDuckGo. En outre, ajoute le moteur de recherche, ces listes contributives ne sont pas « testées à grande échelle », ce qui peut faire rater la détection de certains problèmes.

Pour appuyer son propos, DuckDuck cite une étude de 2018 qui suggère que plus de 90 % de la liste concoctée par EasyList, l'une des plus répandues, « semble présenter peu d'avantages pour les cas de navigation courants, en raison de sa grande taille et de l'accumulation de règles périmées (rarement utilisées ou même expirées) ». Or, EasyList contient près de 40 000 règles, selon des statistiques de juillet 2019.

Comment y avoir accès ?

Pour l'internaute, la question qui se pose à la lecture de cette annonce est de savoir s'il peut d'ores et déjà en profiter. Il s'avère que c'est le cas, à condition d'installer le module complémentaire proposé par DuckDuckGo. Celui-ci s'appelle DuckDuckGo Privacy Essentials est disponible pour Chrome, Firefox et Safari sur l'ordinateur, ainsi que sur mobile avec iOS et Android dans le navigateur maison.

Il est à noter que cet utilitaire ne propose pas que cette fonctionnalité. Est également affichée une note de confidentialité, de A à F, pour chaque site web visité. On trouve aussi un bref résumé des conditions d'utilisation des sites web, dans le cadre d'un partenariat avec le site Terms of Service;Didn’t Read, ou encore une activation forcée de la connexion chiffrée HTTPS entre le site et l'internaute, quand c'est possible.

Mais dans la mesure où l'accès à Tracker Radar est libre et gratuit, on peut s'attendre à ce que les règles du moteur de recherche se retrouvent tôt ou tard dans les extensions déjà existantes et dédiées à la vie privée. On pense par exemple à uBlock Origin, qui est l'un des modules les plus réputés en la matière. Celui-ci s'appuie déjà sur diverses listes (quatre par défaut, dont EasyList, et bien d'autres en option).