Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Test de la JBL Link Bar : la barre de son pour les télés pas intelligentes

La Link Bar de JBL s'impose comme le compagnon idéal des téléviseurs anciens, privés d'un écosystème comme Android TV.

Cela fait maintenant plusieurs années que les barres de son ont envahi la Fnac, Darty et autre Boulanger. Il faut dire qu'elles ont tout pour plaire : à l'exigence d'un home cinéma, qui nécessite connaissances et installation complexe, elles répondent par la simplicité. Elles permettent surtout d'améliorer le rendu sonore sans se prendre la tête, les hauts-parleurs des téléviseurs n'étant jamais un point fort (sauf sur certains modèles très haut de gamme). La Link Bar de JBL se distingue de ses concurrentes par un autre argument : elle embarque Android TV.

Autrement dit, la Link Bar entend rendre intelligent un téléviseur qui ne l'est pas, soit parce qu'il est trop vieux (on ne change pas tous les ans), soit parce que son système d'exploitation est médiocre (exemple : Panasonic). En plus des prestations acoustiques que nous sommes en droit d'attendre d'une barre de son, la Link Bar permet donc d'accéder à toute une panoplie d'applications utiles, ainsi qu'à Google Assistant.

Une barre de son presque comme les autres

La Link Bar ressemble... à une barre de son. Si on met de côté ses dimensions assez imposantes (plus d'un mètre de long), elle repose sur un design très sobre, pensé pour se fondre dans un intérieur sans provoquer aucun étonnement. Tout juste est-elle trahie par les quatre petits points lumineux affiliés à Google Assistant. Autrement, on apprécie tout particulièrement ce tissu acoustique qui remplace les habituelles grilles. On aime aussi cette forme arrondie qui n'agresse pas le regard. Veillez simplement à vous assurer que le bas de votre écran ne soit pas masqué par sa hauteur (6 centimètres). Sur le dessus, on retrouve quelques boutons utiles, ainsi que le switch permettant de couper les microphones.

JBL a pensé à tout, y compris à intégrer une connectique complète. On apprécie en premier lieu la présence de trois entrées HDMI compatibles 4K et HDR, pour celles et ceux qui ne veulent pas entendre parler de la technologie ARC. Au passage, cela permet de brancher plus d'appareils si jamais votre téléviseur est limité sur ce point. Un excellent point. En revanche, la Link Bar n'est pas très évolutive. On peut lui associer un caisson de basse additionnel, mais aucune paire d'enceintes pour de vrais effets surround.

La barre est livrée avec une petite télécommande qui va à l'essentiel et qui ressemble à un accessoire livré avec une box TV classique. Point à noter : elle ne permet pas de piloter d'autres appareils.

Android TV dans une barre de son

La Link Bar est donc tout à la fois une barre de son et une box TV alimentée par Android TV -- l'un sinon le meilleur système d'exploitation en termes de fonctionnalités et d'applications disponibles. Là, on a de tout : Netflix (qui a même droit à son raccourci sur la télécommande), Amazon Prime Video, MyCanal, Molotov, RMC Sport... Il y a largement de quoi trouver son bonheur. Bien sûr, la Link Bar est compatible avec la technologie Chromecast.

À l'usage, la Link Bar est très agréable : on note la navigation fluide et l'interface Android TV, à défaut d'être jolie, est très pratique avec sa disposition verticale puis horizontale. Au besoin, il est possible de personnaliser l'accueil en n'affichant que les chaînes qui nous intéressent vraiment. Il y a enfin un onglet 'Ma sélection" pour accéder très rapidement aux programmes en cours de lecture. C'est pratique pour celles et ceux qui dévorent beaucoup de séries.

Si la télécommande dispose d'un bouton dédié à Google Assistant, il est possible de solliciter l'intelligence artificielle uniquement à la voix, en disant 'Ok Google' (par exemple pour lancer l'application Netflix). On retrouve bien évidemment tous les bénéfices de l'assistant en termes d'ergonomie (même si on aimerait bien pouvoir éteindre la barre sans appuyer sur un bouton). On a néanmoins rencontré quelques difficultés pour terminer la configuration de Google Assistant, ce qui empêche l'accès à certaines commandes. Sur ce point, la Link Bar s'avère très capricieuse.

Meilleure que des hauts-parleurs

Quand on a l'habitude de regarder des films avec un vrai home cinéma dédié, juger une barre de son peut paraître compliqué. Dans le cas de la JBL Link Bar, on peut déjà affirmer sans trop de problème qu'elle enterre la plupart des hauts-parleurs que l'on trouve dans les téléviseurs (généralement un gros défaut). Avec la barre de son, on profite de dialogues beaucoup plus intelligibles et clairs, sans avoir besoin de pousser le volume (et de s'exploser les tympans pendant les publicités). Autrement, la Link Bar s'avère assez directive dans son rendu, avec un effet enveloppant contenu et une scène sonore qui mise davantage sur le frontal. Un égaliseur est disponible dans le menu, sauf qu'il ne permet pas de pousser très loin les réglages.

On peut aussi reprocher au produit sa dynamique faiblarde, la faute à des basses qui peinent à affirmer leur présence (peut-être que le caisson aide à les soutenir un peu plus). Pour les films à grand spectacle, on aura parfois du mal à ressentir l'impact des grosses scènes d'action. À côté de cela, la Link Bar se montre très à l'aise au moment de maîtriser le phénomène de distorsion, même à volume un peu poussé, tandis qu'elle n'a aucun mal à restituer des morceaux de musique avec une bonne tenue. La preuve que, globalement, l'équilibre est de mise. Pour aller plus loin, il faudra simplement mettre plus cher... ou envahir son salon avec des enceintes.