Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Retour à la normale : Facebook, Instagram et WhatsApp ont corrigé le bug d'affichage de photos

Tout l'écosystème de Facebook (y compris Instagram, Messenger et WhatsApp) est de nouveau opérationnel. Dans la journée du 3 juillet, les plateformes ne parvenaient plus à afficher correctement les photos et les vidéos.

Fin d'incident pour Facebook et ses deux filiales, Instagram et WhatsApp. Dans la nuit du mercredi 3 au jeudi 4 juillet, le réseau social a annoncé le rétablissement complet de ses activités.

D'après ses explications, son indisponibilité partielle le 3 juillet a été provoquée par une banale opération de maintenance. Le site dit « regretter » les éventuels désagréments que ce dysfonctionnement a pu provoquer.

En France, l'incident a commencé à se voir en milieu d'après-midi. Si les différents services de la plateforme (Facebook, Messenger, Instagram et WhatsApp) sont restés accessibles pendant toute la durée du problème, l'affichage et le téléchargement des médias (photos et vidéos, entre autres) se sont en revanche avérés impossibles, ce qui a donné l'impression qu'ils avaient tous été effacés par mégarde.

Fin d'incident dans la nuit

Également signalé dans un espace réservé aux développeurs, le bug a été clôturé dans la matinée du 4 juillet. « Nous avons identifié la cause profonde et un correctif a été publié. Nous mettrons à jour ce statut après avoir vérifié que tous les services sont redevenus normaux », pouvait-on lire dans un statut publié il y a trois heures. Une heure plus tard, un autre statut annonçait : « Ce problème a été résolu. »

Sur le site DownDetector, qui sert à centraliser les signalements de pannes des sites pour estimer s'il existe un problème général ou si c'est juste un usager face à un souci isolé, on pouvait voir que l'incident avait été fortement relevé en Europe et aux États-Unis. Mais les autres régions n'ont pas forcément été épargnées : le faible nombre de signalements peut simplement signifier une contribution moindre.