Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Paris : finalement, la mairie tolère les trottinettes électriques garées sur le trottoir

La charte de bonne conduite signée par la mairie de Paris et les opérateurs de trottinettes électriques donne enfin une description claire des zones de stationnement autorisées. Première nouvelle : on peut à nouveau garer son véhicule sur le trottoir.

Fin avril, Paris avait déclaré la guerre aux trottinettes électriques gênant la circulation des piétons, allant jusqu'à interdire leur stationnement sur les trottoirs. Un bannissement qui posait alors une question : où peut-on garer son véhicule ? Après la création d'une charte de bonne conduite signée par les opérateurs et la mairie le 13 mai, la ville a enfin donné des indications précises sur le stationnement. Sous certaines conditions, il est même redevenu possible d'installer son engin sur le trottoir.

Selon les règles de stationnement publiées par la mairie, les utilisateurs doivent chercher à se garer en priorité sur « les emplacements réservés. » Il n'en existe pour l'instant aucun dédié aux trottinettes, mais la mairie promet la création de 2 500 zones de stationnement d'ici la fin de l'année. En attendant, ces véhicules peuvent être garés sur les secteurs « initialement prévus pour les vélos en free-floating ou les emplacements de stationnement deux-roues. »

Si un utilisateur ne se trouve à proximité d'aucune de ces zones, il a le droit d'installer sa trottinette sur le trottoir. Ce genre de stationnement n'est « toléré » par la mairie que si la machine ne gêne pas la circulation des piétons. Dans le cas où cela gêne effectivement le passage, l'utilisateur recevra une amende de 35 à 49 euros s'il est pris en flagrant délit. Quand à savoir ce qui définit un « stationnement gênant », tout dépendra du point de vue des agents municipaux.

Des solutions provisoires ?

À terme, la mairie de Paris veut « rendre obligatoire le stationnement des trottinettes dans des zones spécifiques. » Les solutions adoptées pour l'instant sont donc théoriquement provisoires, mais elles pourraient rester en vigueur longtemps à cause du nombre de deux- roues.

Selon le estimations de la capitale, « 40 000 trottinettes seront disponibles d'ici la fin de l'année. » Même en admettant que les 2 500 zones dédiées soient bien créées fin 2019 et que chacune d'entre elles puisse contenir une dizaine de véhicules, des milliers d'engins ne pourront pas se garer. Les trottinettes électriques devraient donc rester encore un bon moment sur les trottoirs parisiens, à moins que la ville ne décide d’interdire provisoirement leur présence.