Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

L'iPhone à son tour attaqué pour violation de brevet

Nous évoquions encore hier le procès auquel devait faire face Sony pour violation d'un brevet, chose qui semble devenue inévitable pour tout fabricant lançant sur le marché un appareil à succès.

Il était d'ailleurs étonnant qu'Apple n'ait pas encore connu le même sort concernant l'iPhone, mais les vautours ne tardent jamais à arriver. Une société basée en Floride a ainsi attaqué la firme à la pomme en l'accusant d'utiliser sa technologie brevetée de clavier sur écran. Pour l'anecdote, le plainte a été déposée à la cour de Tyler, au Texas, celle là même qui a été investie pour l'affaire concernant le processeur de Sony. Va savoir, peut être que ce tribunal est connu pour donner raison aux plaignants dans ce genre d'affaires.

En revanche, SP Technologie n'est pas allé aussi loin que pour l'affaire de Sony, en demandant des "royalties raisonnables" et non pas un retrait pur et simple du marché. Les rumeurs parlent d'une compensation financière pour chaque iPhone écoulé sur le marché.

Steve Jobs avait pourtant assuré avoir déposé plus de 200 brevets de technologies impliquées dans l'iPhone, mais son appareil apporte plus une combinaison de différents systèmes déjà existants que quelque chose de réellement novateur, et on pouvait s'attendre à ce que ce genre de procès apparaisse tôt ou tard.

Il est intéressant de noter que l'homme à l'origine de la plainte, le physicien Peter V. Boesen, est déjà connu des tribunaux américains pour avoir intenté sous la société SP Technologies de nombreux procès de violation de brevet, notamment contre Canon, LG Electronics et Kyocera, mais pas seulement. Il s'est aussi fait récemment condamné à 51 mois de prison et 900.000 $ de dommages et intérêts pour avoir déposé de fausses déclarations aux programmes d'assurance-maladie. Si vous cherchiez un scientifique véreux, vous l'avez trouvé.