Des voitures auto-partagées circulent à Chicago depuis plusieurs mois. Des voleurs ont réussi à en dérober une centaine. Des suspects sont toujours interrogés par la police locale.

À Chicago, c’est un fait divers aux airs de dystopie tech qui s’est déroulé ces derniers jours. 100 voitures en libre-service ont été dérobées. Car2Go, l’entreprise qui les a développées, et la police locale, ne savent pour le moment pas dire ce qu’il s’est passé, a rapporté Motherboard ce jeudi 18 avril.

Pas de piratage, assure Car2Go

La police de Chicago a indiqué que 100 voitures avaient été volées. Ce chiffre a été confirmé par Car2Go. La firme commercialise des voitures auto-partagées, que l’on peut louer pour un certain laps de temps, à la manière des (désormais mortes) Autolib. Il s’agit soit de Smart, soit de Mercedes Benz.

L’application mobile Car2Go // Source : Car2Go

Pour déverrouiller ces voitures en free-floating (non rattachées à des bornes), il faut normalement utiliser une application mobile dédiée. Cette application présentait-elle des failles qui auraient permis de déverrouiller de nombreux véhicules ? Car2Go a expliqué qu’il ne s’agissait pas d’un piratage, sans donner plus de détails sur le procédé utilisé.

Une enquête toujours en cours

L’entreprise a indiqué qu’aucune donnée personnelle sur les utilisateurs de ses voitures n’avait été compromise. Dans un communiqué transmis à Motherboard, un porte-parole a ajouté : « Pour des raisons de sécurité et par précaution pour nos utilisateurs, nous mettons temporairement en pause nos services à Chicago ».

La police de son côté, a fait savoir qu’une enquête était en cours. Elle n’a pas écarté la possibilité que d’autres voitures aient été volées. Un point sera fait avec l’entreprise sur la localisation de toute la flotte en circulation, toutes les voitures étant équipées de balises GPS. Certaines ont déjà été retrouvées et des suspects sont actuellement interrogés. 12 personnes auraient été placées en garde à vue.

Les véhicules Car2Go sont disponibles dans plusieurs villes, y compris à Paris depuis début 2019, où tous les véhicules sont électriques.

Partager sur les réseaux sociaux