Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Sur Android, Google vous demande désormais de choisir votre navigateur et votre moteur de recherche

Pour entrer en conformité avec la décision de justice de la Commission européenne, Google a ajouté deux fenêtres pop-up à Android pour laisser le choix aux utilisateurs.

À l'été 2018, un jugement de la Commission européenne portant sur la concurrence déloyale au sein du système d'exploitation mobile Android a contraint Google à modifier son offre pour les particuliers européens. En substance, on se retrouve avec un clone à l'ère mobile de l'affaire Windows et Internet Explorer : il a été reproché à Google de proposer en pack son système d'exploitation et ses applications.

Du côté de Google, cette condition était perçue comme obligatoire, Android étant proposé gratuitement aux entreprises et aux particuliers. C'est avec les données récoltées par les Google Apps que le géant de Mountain View enrichit son modèle d'affaires publicitaire et serviciel (abonnements, stockage...) et gagne finalement de l'argent. En plus de cela, les Google Apps sont la garantie d'avoir des logiciels maintenus à jour et un magasin d'applications central, évitant du mieux qu'il le peut les arnaques et autres malware.

Google fait une Microsoft

Ces arguments n'ont pas touché l'Europe. Google a donc pris des mesures et va modifier en Europe la manière dont se comporte Android, aussi bien au premier lancement que sur tous les périphériques qui utilisent un compte Gmail relié au Play Store. C'est ce que l'entreprise a annoncé par téléphone à Numerama.

Comment sont choisies les applications mises en avant ? D'après Google, elles seront différentes dans chaque pays et correspondront aux navigateurs et applications de recherche les plus populaires utilisés localement. Toutes ces actions étaient déjà possibles, mais l'utilisateur devait explorer le Play Store pour cela. Désormais, il sera incité à faire un choix.

Bien entendu, les smartphones Pixel ne seront pas concernés : ils sont construits par Google qui a encore le choix d'équiper ses appareils des services qu'il désire. Les demandes de la Commission concernaient bien plus l'apparente absence de choix sur les smartphones des partenaires, en échange de la gratuité d'Android.

Il faut bien noter que ces changements ont été conçus sous l'œil de la Commission européenne et ont été validés. Ils seront déployés dans les semaines qui viennent sur tous les smartphones Android.