Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

La France se rêve en championne de l'informatique quantique, une « nouvelle frontière technologique »

Le gouvernement missionne une députée sur les technologies quantiques. Il s'agit d'un domaine qui pourrait révolutionner l'informatique.

L'informatique quantique, que le nouveau secrétaire d’État au numérique Cédric O qualifie de « nouvelle frontière technologique », aura droit à un rapport pour le compte du gouvernement. C'est ce qu'a annoncé le 6 avril la députée Paula Forteza, membre du groupe La République en marche. Sa mission, qui concerne les « technologies quantiques » au sens large, a été publiée au Journal officiel.

Informatique quantique ?

Cette discipline mobilise des bits quantiques, ou qubits. À la différence d’un PC classique, où les bits ne peuvent prendre qu'un état à la fois, 0 ou 1, le qubit peut les avoir en même temps. Cette superposition d'état doit offrir une capacité de calcul bien plus élevée que les machines actuelles, grâce à la mise en parallèle des opérations. Mais il est actuellement difficile de gérer et corriger les erreurs des qubits.

Si les efforts déployés outre-Atlantique dans ce domaine font beaucoup parler d'eux, qu'il s'agisse de Google, Intel ou la NASA, la France n'est pas inactive. À travers le Commissariat à l'énergie atomique et aux énergies alternatives, des initiatives sont prises, par exemple pour disposer d'un simulateur quantique dédié à l'IA, le Big Data, l'apprentissage automatique et la simulation numérique.

Le CEA est aussi un atout pour certain passer des partenariats à l'international -- comme avec l'Australie.

Mission temporaire

« La France et l’Europe se doivent d’être à la pointe des nouvelles frontières technologiques. C’est une condition indispensable de leur compétitivité et de leur souveraineté », a réagi Cédric O à l'annonce de la nomination de Paula Forteza à la tête de cette mission temporaire.

De son côté, la parlementaire a posé quelques questions générales qui résument bien les enjeux du sujet : pouvons-nous démultiplier nos capacités de calcul ? Nos protocoles de chiffrement seront-ils tous rendus obsolètes du jour au lendemain ? Les technos quantiques sont-elles le futur de l’informatique ?

À l'Assemblée nationale, Paula Forteza est membre de trois groupes d'études liés aux sujets du numérique : elle est membre du groupe économie numérique de la donnée, de la connaissance et de l'intelligence artificielle (IA), ainsi que celui sur la cybersécurité et souveraineté numérique. Enfin, elle copréside celui sur Internet et la société numérique.

Révolution informatique

Dans un rapport sur les technologies clés pour 2020, l'enjeu de l'informatique quantique est pris en compte à travers celui des supercalculateurs. Dans celui-ci, il est expliqué que « l’intégration de la physique quantique dans l’informatique révolutionnerait l’IA en permettant la résolution d’algorithmes qui actuellement nécessiteraient plusieurs dizaines d’années mais des verrous technologiques majeurs restent à lever comme celui de l’architecture de l’ordinateur quantique ».