Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

On a essayé le HoloLens 2 : la réalité mixte nous a enfin bluffés

Le HoloLens 2 était la star de la conférence Microsoft. Au Mobile World Congress, nous avons pu essayer ce nouveau casque qui entend concrétiser la réalité mixte.

C'est peu dire que nous partions pessimistes quand nous sommes arrivés à 9h pétantes sur le stand Microsoft au MWC 2019. La mission ? Tester le HoloLens 2, le casque de réalité mixte que l'entreprise de Redmond a clairement adressé aux entreprises. Car après le premier HoloLens et son champ de vision oscillant et étroit, Magic Leap et ses promesses irréalistes et quelques startups qui ont tenté l'aventure sans grand succès, la réalité mixte en 2018 était bien triste. En 2019, est-ce que Microsoft est parvenu à tout changer ?

Le HoloLens 2 est une version enrichie du premier modèle, qui a su prendre en compte les retours de la communauté, des développeurs et des utilisateurs. Quatre ans après le premier modèle, Microsoft a clairement boosté son engin : processeur ARM Qualcomm Snapdragon 850, pas de câble, USB-C pour la recharge, caméra de 8 mpx à l'avant, 6 degrés de liberté côté repérage des mouvements dans l'espace, suivi du regard... bref, c'est un tout autre engin que l'on pose sur sa tête en 2019.

Mais tous ces changements n'auraient aucun intérêt si le principal défaut de l'HoloLens premier du nom n'avait pas été corrigé : le champ de vision et la définition. Microsoft raconte que chaque œil a l'équivalent d'un « écran 2K » devant lui, mais cela ne veut rien dire en pratique. En pratique, cela signifie que sur un hologramme affiché, vous pouvez lire sans problème une police de caractère en taille 8. Eh oui, c'est petit. Côté champ de vision, Microsoft a bien retenu la leçon et l'affichage prend désormais une fenêtre grand-angle devant soi, difficile à calculer, mais suffisante pour que l'expérience ne soit pas bridée.

Et puisqu'on parle d'expérience, autant entrer dans le vif du sujet : est-ce que ce mix, vendu 3 500 dollars, fonctionne ?

L'expérience HoloLens 2

Après quelques minutes d'attente, nous pénétrons dans une pièce vitrée avec, au centre, un pylône. Il s'agit en réalité d'une pièce d'un avion, censée relier le réacteur à la partie centrale d'un gros porteur. Nous entrons dans la peau d'un ouvrier non formé qui va devoir travailler sur ces pièces avec la précision qu'il faut pour éviter tout incident lors de l'exploitation de l'appareil.

Nous enfilons notre HoloLens 2 comme on mettrait une casquette. Nous serrons l'engin grâce à une petite bague à l'arrière de l'arceau et nous ajustons la visière devant nous. Bon point : elle dispose désormais d'un axe lui permettant de se relever (pour discuter avec quelqu'un devant soi) et de s'ajuster exactement devant le champ de vision -- pratique avec nos lunettes. Une petite étape de configuration vient s'assurer que nous voyons l'intégralité d'un rectangle qui semble se situer à un mètre de nous et nous fait suivre un objet des yeux, sans bouger la tête.

Place à l'exercice : il va falloir connecter un câble en respectant cinq étapes clef. Elles s'affichent devant nous, au loin, comme sur un tableau virtuel. Les consignes sont incroyablement nettes et sont accompagnées de photographies. L'interface est pensée de telle sorte que l'on peut entièrement naviguer entre les étapes d'un simple regard : passer à la suivante requière simplement de fixer le bouton suivant quelques secondes. Nous prenons alors le câble qui nous a été indiqué à la première étape sur l'écran.

C'est dans la deuxième étape que l'on commence à comprendre l'utilité de la réalité mixte : l'écran lié aux consignes n'a qu'un intérêt limité en comparaison des instructions directement sur l'objet. En regardant le pylône, une flèche virtuelle nous indique que nous devons fixer le câble dans des passants, tout en évitant de toucher une « boîte rouge », qui est une zone qui doit rester dégagée. La boîte rouge se matérialise dans l'espace et chaque passant est encerclé. L'opération s'effectue en quelques secondes et avec une précision qu'on aurait difficilement atteinte du premier coup sans ces instructions.

L'étape suivante apporte le véritable coup de grâce. Le câble doit être déposé dans une cavité, cachée par un montant métallique. Cachée... sauf si vous avez un HoloLens 2 sur les yeux. En surimpression, le casque nous permet de voir ce que nos yeux ne voient pas et, comme si nous possédions la capacité de voir à travers les murs, nous plaçons le câble dans son réceptacle du premier coup. Même chose pour l'étape qui suit, consistant à récupérer le câble : une main se matérialise devant nous et semble nous dire « allez-y, c'est sans danger, c'est là qu'il faut aller pour récupérer le câble ». C'est assez saisissant à quel point ce que nous voyons est précisément calé sur la réalité : notre corps fait comme si c'était normal de voir à l'intérieur d'un objet opaque et ne rencontre aucun obstacle.

L'étape finale nous demande de chercher une clef et de mettre le contact pour tester le montage : diode verte, tout fonctionne. Nous avons assemblé un morceau d'avion. Un récapitulatif est envoyé à notre maître d'œuvre, qui va pouvoir voir quelles sont les opérations qui ont pris le plus de temps à être accomplies par les cobayes et, peut-être le jour suivant, va ajuster les consignes données par le casque.

On ressort de là avec la conviction que l'HoloLens, en quatre ans de raffinement, est arrivé à une maturité inouïe. Et si on se plaît déjà à imaginer des applications grand public (j'aurais rêvé d'un plan dynamique le jour où j'ai dû démonter entièrement mon lave-linge et je n'ose imaginer ce que Ikea pourrait faire de cette techno), on comprend la décision de Microsoft d'orienter ses technologies pour les professionnels. HoloLens 2 est un rêve pour la formation des équipes ou pour l'accompagnement des professionnels dans des environnements qui ne laissent pas de place à l'erreur. Espérons que les entreprises ne tardent pas à se l'approprier.