Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Pôle emploi embarrassé par une application qui permet de payer pour rendre son CV plus visible

Une nouvelle app freemium permet aux demandeurs d'emploi de payer pour faire remonter leur CV sur le haut de la pile. Elle faisait partie des partenaires mis en avant par Pôle emploi, qui vient finalement de la retirer de son site.

Pourquoi Pôle emploi soutient-il La Pile de CV, une application qui permet aux demandeurs d'emplois de payer pour gagner un avantage sur les autres ? La question a été soulevée en premier par un billet de blog posté sur Mediapart le 3 janvier 2019, qui s'interroge sur l'association entre l'établissement public et une startup française jusqu'ici peu connue.

À la suite de notre enquête sur le sujet, Pôle emploi a finalement retiré l'application française de la liste de ses partenaires. Voici ce qu'il s'est passé.

La Pile de CV est le nouveau nom de l'application créée par Bowkr, une entreprise lancée en 2015 par deux Corses. À l'origine, il s'agissait d'une plateforme de mise en relation entre recruteurs et demandeurs d'emploi, qui a changé pour « s'adapter » à son époque, explique Léo Kinany-Martelli par téléphone à Numerama. Exit Bowkr, bienvenue à La Pile de CV, une nouvelle interface complètement re-designée dédiée à la recherche d'emploi.

Les couleurs sont criardes, le ton est léger et le tutoiement facile. Les personnes en recherche d'emploi y sont encouragées à créer leur CV, que pourront ensuite acheter des recruteurs.

C'est là qu'entre en jeu le phénomène de « gamification » (sic) qui dérange certains observateurs circonspects. Car à l'image d'un jeu vidéo, chaque CV dispose d'un compte d'expérience (« XP ») spécifique. Plus on a d'expérience, plus le CV sera mis « en haut de la pile » et donc favorisé par rapport aux autres. « Plus tu es haut dans la pile, plus tu as de chances de trouver un job ! » vante d'ailleurs l'entreprise sur son site.

Or pour gagner de l'expérience, il y a la méthode gratuite (ajouter une photo, ajouter des compétences à son CV) mais aussi la version payante, qui rapporte beaucoup plus d'XP. L'utilisateur est invité à payer 24,99 euros pour « ajouter de l'expérience à [son] profil» pour une durée de 7 jours. Le montant peut s'élever à 99,99 euros pour 14 jours et 20 000 XP en plus.

Interrogé, Léo Kinany-Martelli, l'un des deux fondateur de l'appli, comprend que le concept, qui favorisera forcément ceux qui paient, puisse déranger. Après tout, il s'agit d'une plateforme qui servira surtout aux demandeurs d'emploi, donc en majorité en situation de précarité. Il explique que le système est encore en période de rodage — la nouvelle version de l'app a été lancée un peu brusquement, en ce début janvier 2019 — et se veut rassurant : « Un CV peu rempli qui aura payé ne passera jamais devant un super CV qui sera plus complet », précise-t-il. « Il s'agit surtout de favoriser légèrement un CV lorsqu'il y en a deux très similaires.»

Du côté des utilisateurs, il semble difficile de mesurer concrètement les avantages fournis par ce versement. Cela n'a pas empêché l'app de gagner 5 000 nouveaux téléchargements depuis que la célébrité française Nabilla Benattia en a fait la publicité sur son compte Snapchat.

Quels liens avec Pôle Emploi ?

Ce qui dérange plus certains internautes, c'est que Pôle emploi est cité parmi les partenaires de La Pile de CV by Bowkr, aux côtés de ACG Management et Bpi France, qui ont tout deux participé à la levée de fonds de Bowkr en 2017.  L'établissement public peut-il soutenir un modèle qui encourage ses utilisateurs à payer pour avoir plus de chances de décrocher un emploi ?

Bowkr compte parmi les 300 partenaires référencés par Pôle emploi sur Emploi Store, une plateforme en ligne dédiée à l'aide à la recherche d'emploi. Elle recense de nombreuses initiatives d'acteurs privés, des géants comme Carrefour ou Duolingo aux plus petits comme boost.rs ou Bowkr. Pour être affiché parmi les partenaires, il faut, nous explique Pôle emploi, faire une demande auprès de l'organisme, qui étudie ensuite « la pertinence de celle-ci, au regard des besoins de ses usagers et du respect de ses conditions de référencement

Léo Kinany-Martelli nous explique que Bowkr figurait dans cette liste depuis des années, avant que l'appli ne change de concept. Avant de devenir « La Pile de CV », Bowkr ne permettait pas aux demandeurs d'emploi de payer : seuls les recruteurs devaient le faire. Or depuis la modification, Léo Martelli n'a pas encore réussi, malgré sa demande, à modifier le nom sur le site d'Emploi Store.

Contacté par Numerama, Pôle emploi insiste sur le fait que tous les partenaires mis en avant dans Emploi Store doivent proposer des solutions gratuites ou freemium — après quelques recherches non exhaustives, nous n'avons pas trouvé d'autres app freemium recommandées sur le site. Une application freemium signifie qu'elle est gratuite mais propose des « améliorations » payantes (non obligatoires).

Alors que nous allions publier cet article, nous avons réalisé que Bowkr avait été retiré de la plateforme Emploi Store. « Il semblerait que le buzz ait eu raison de nous » regrette Léo Kinany-Martelli. Contacté sur les raisons de ce retrait, l'établissement public nous a expliqué le lendemain que l'application avait été suspendue de la plateforme car elle n'était tout simplement « plus conforme à la description actuelle », qui correspondait à l'ancienne interface Bowkr. Pôle Emploi n'exclut pas de la faire revenir si elle est jugée « conforme » par le comité en charge de cette décision. Affaire à suivre.

Cet article sera mis à jour si nous obtenu de nouvelles informations auprès de Pôle emploi.