Une erreur dans le texte ?

C'est le bon endroit pour nous l'indiquer !
Attention, ce formulaire ne doit servir qu'à signaler une erreur. N'hésitez pas à utiliser les commentaires pour donner votre avis, ou la page de contact pour nous contacter. Merci.

Etape 1

Cliquez sur les paragraphes contenant des erreurs !

Google précipite la fermeture de Google+

Google accélère la fermeture de Google+, au motif qu'une autre faille a été détectée sur le réseau social. La plateforme fermera donc quatre mois plus tôt.

Changement de braquet chez Google, après la découverte d'une autre vulnérabilité dans l'API de Google+. Dans un message publié le 10 décembre, la firme de Mountain View annonce qu'elle accélère la fermeture de son réseau social. Au lieu de survenir en août 2019, elle est maintenant planifiée pour le mois d'avril. Les membres de Google+ ont donc quatre mois de moins pour s'y préparer.

La faille de sécurité concerne 52,5 millions d'internautes inscrits sur Google+. Avec elle, il était possible de récupérer des informations confidentielles d'un utilisateur, lorsque celui-ci les rendait accessibles uniquement à celles et ceux ayant accès aux publications privées. Cela étant, l'entreprise américaine considère que cette brèche n'a pas été utilisée et qu'elle n'a peut-être pas été repérée par un tiers.

Une précédente faille dévoilée en octobre

Dans son message, Google précise que même si la vulnérabilité avait été exploitée, elle n'aurait pas permis de récupérer des éléments critiques comme le mot de passe ou les données bancaires. Une notification de cet évènement sera adressée aux personnes dont le compte figure parmi les victimes, afin qu'elles sachent ce qu'il s'est passé et qu'elles se tiennent prêtes à la fermeture précipitée du site.

Google+ avait déjà fait face à une importante faille de sécurité, dévoilée en octobre, mais qui a été corrigée en mars. Cette brèche a conduit Google à s'interroger sur le devenir de Google+ et à décider d'en finir, constatant de toute façon que sa plateforme était assez peu fréquentée. En définitive, l'annonce de cette vulnérabilité aura été le prétexte qu'il manquait à Google pour sauter le pas.